AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 it's my family, it's little and broken (ft. Noah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
membre du staff
avatar
membre du staff
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 26/02/2017
☇ Messages : 148
☇ Pseudo : Ilffy
☇ Vos DC : Sybil Todd & co.
☇ Avatar : Daisy Ridley
☇ Crédits : Ava ; Moodshadow + signa ; tiny heart
☇ Âge : 25 ans
☇ Statut : Célibataire
☇ Occupation : Web designer
☇ Habitation : Downtown

LISTING DE MA SCHIZOPHRÉNIE
MP SYBIL TODD EN CAS DE PROBLEME


devil's right there in the details.

people are not rain or snow or autumn leaves, they do not look beautiful when they fall.
☇ RPs + Liens : Noah ↬ little brother, in bad terms

http://www.revolutionrpg.net/t3922-dc-rebecka-you-make-me-a-believerhttp://www.revolutionrpg.net/t3569-sybilco-avant-j-etais-schizo-mais-depuis-nous-allons-mieux

MessageSujet: it's my family, it's little and broken (ft. Noah)   Dim 27 Mai - 0:05

Une fois le travail fini et en dehors de l'immeuble de l'entreprise pour laquelle je travaille, je n'ai pas l'envie de rentrer chez moi... ou plutôt chez nous, étant donné qu'on a chacun notre part de salaire qui part dans le loyer, les charges, la nourriture. Le fait de partager avec Noah ne m'avait jamais dérangée, on a été élevé comme ça, mais partager mon petit-ami... C'était la goûte de trop. Et il était tout autant fautif que mon ex petit-ami, à la différence, les liens du sang sont beaucoup plus complexes, et je dois le voir tous les jours. Croiser ce visage identique au mien, sans pouvoir me dire qu'on partage les mêmes valeurs.

Flânant dans les rues de Vancouver, j'ai l'impression que chaque vitrine de magasin exposant de la nourriture me tente, et j'ai aussi l'impression de prendre au moins dix kilos. Je regarde ma silhouette à un moment dans la vitre et je me dis que même si je prends du poids, je trouverai un moyen pour maigrir, sain ou pas. Qu'est-ce que j'ai à perdre, après tout ? Ma dignité est déjà dans une poubelle. Je m'arrête à la boulangerie pour m'acheter un éclair au chocolat, le mangeant sur le chemin du retour, dépitée de rentrer chez nous. Ouais, c'est le mot qui convient : dépitée. Rentrant dans l'appart, enlevant chaussure et veste, mon premier réflexe est d'aller dans la cuisine me reprendre à manger. Je culpabilise presque de faire tout ça, jusqu'à constater que manger est la seule manière que j'ai trouvé pour me sentir complète. Je sens mon téléphone vibrer dans ma poche et je remarque un message de mon meilleur ami, me demandant si je vais bien, machinalement, je lui écris que oui et lui pose la question en retour, mais je sais que s'il m'avait en vocal, il saurait que je mens. Il le sait toujours. Et sous la nouvelle vibration de mon mobile, je remarque que mon frère est là aussi. Round un.
Revenir en haut Aller en bas
membre du staff
avatar
membre du staff
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 08/11/2017
☇ Messages : 173
☇ Pseudo : ALLES
☇ Vos DC : Nop
☇ Avatar : Francisco Lachowski.
☇ Crédits : Sweet.disaster
☇ Âge : 24 ans.
☇ Statut : Célibataire.
☇ Occupation : Un boulot qui ne lui plaît pas (caissier) après avoir échoué son entrée dans une école de dessin prestigieuse.

☇ RPs + Liens : Narcis ♫ Rebecka



MessageSujet: Re: it's my family, it's little and broken (ft. Noah)   Sam 2 Juin - 21:55

rebecka ∞ noah
La soirée de la veille avait laissé des marques. Noah s’était rendu dans un bar pour passer le temps et pour une fois qu’il n’avait pas cherché la merde – ou presque pas – il s’était fait cogner dessus. Rien de grave, quelques bleus, une lèvre ouverte. Rien qui ne nécessite de se rendre à l’hôpital quoi. Il avait rencontré ce type un peu bizarre aussi. Celui à cause de qu’il s’était fait frapper. A dire vrai Noah avait pensé à lui une bonne partie de la nuit en se posant tout un tas de questions et il ne s’était endormi que tardivement. C’était pour cette raison qu’il venait à peine de se lever à… dix-sept heures. Oui, le caissier avait parfois un rythme très décalé. Tellement qu’il lui arrivait de ne pas dormir la veille quand il devait aller travailler et qu’il était trop décalé pour avoir une vraie nuit de sommeil. La dépression aidait pas mal il fallait l’avouer. Il passait beaucoup de son temps libre dans son lit alors il s’endormait un peu n’importe quand.

Ces temps-ci Noah évitait le plus possible les parties communes. Se retrouver dans la même pièce que sa sœur était franchement compliqué car la voir lui renvoyait sa culpabilité en pleine face. Peut-être qu’il avait aussi un peu de rancœur contre elle… Oui, c’était bien égoïste mais il l’était énormément en ce moment. En fait, elle n’avait pas vu sa dépression. Elle n’avait pas vu ses appels à l’aide quand ils se parlaient encore. Alors certes il avait fait la plus grosse connerie du siècle mais… Ils auraient pu éviter ça. Clairement.
Il avait essayé de s’excuser les premières semaines. Il avait essayé de préparer des repas, même de lui offrir des fleurs. Noah avait finalement abandonné car il n’avait plus la force de se battre. Elle le détestait ? Très bien, lui aussi il se haïssait de toute façon, comme ça ils étaient deux.

Même s’ils ne parlaient pas, Noah observait sa sœur. Cette envie de la protéger était toujours là… Et à chaque fois qu’il la croisait au détour d’un couloir, elle mangeait. Ce n’était peut-être rien et d’une certaine façon elle compensait avec Noah qui ne mangeait pas grand-chose. Mais il savait qu’elle n’allait pas bien et il voulait juste s’assurer qu’elle… N’était pas en train de sombrer comme lui. Alors, quand elle rentra dans la cuisine, interrompant le « petit-déjeuner » de Noah, et qu’elle se dirigea tout de suite vers le frigo sans même le voir, il décida de tenter sa chance. Elle allait sûrement l’envoyer bouler ou même lui foutre un vent monumental mais… Ils devaient parler de toute façon.

Noah repoussa son bol de céréales et prit une profonde inspiration. « Rebecka… » Ca devait faire une semaine qu’il ne lui avait pas adressé la parole – la dernière fois pour le loyer. Le garçon réfléchit, ne sachant pas trop quoi dire ni même ce qu’il avait le droit de dire. « Est-ce que tu as parlé à un médecin de ta nouvelle… lubie ? » Okay ce n’était pas la meilleure entrée en matière mais il n’avait rien trouvé d’autre.
Code by Silver Lungs


Revenir en haut Aller en bas
membre du staff
avatar
membre du staff
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 26/02/2017
☇ Messages : 148
☇ Pseudo : Ilffy
☇ Vos DC : Sybil Todd & co.
☇ Avatar : Daisy Ridley
☇ Crédits : Ava ; Moodshadow + signa ; tiny heart
☇ Âge : 25 ans
☇ Statut : Célibataire
☇ Occupation : Web designer
☇ Habitation : Downtown

LISTING DE MA SCHIZOPHRÉNIE
MP SYBIL TODD EN CAS DE PROBLEME


devil's right there in the details.

people are not rain or snow or autumn leaves, they do not look beautiful when they fall.
☇ RPs + Liens : Noah ↬ little brother, in bad terms

http://www.revolutionrpg.net/t3922-dc-rebecka-you-make-me-a-believerhttp://www.revolutionrpg.net/t3569-sybilco-avant-j-etais-schizo-mais-depuis-nous-allons-mieux

MessageSujet: Re: it's my family, it's little and broken (ft. Noah)   Mer 13 Juin - 18:20

C'était de plus en plus dur, de survivre. Je ne pouvais même pas dire de vivre, car ça déjà de base, c'est compliqué. Et dire qu'on me décrit généralement comme une personne ayant la joie de vivre, je n'en suis plus si sûre aujourd'hui. Je suis dans cette passe où le seul moment où je me sens en vie, c'est quand je mange, ou alors quand j'ai mon meilleur ami au téléphone et qu'il arrive à me faire rire, comme s'il était capable de faire de la magie et me faire sentir mieux. Pourtant, je ne cesse de lui dire que non, il ne peut pas m'aider. Surtout, il ne sait pas que je suis retombée dans mes mauvais travers, et c'est mieux comme ça.

La connerie de mon frère me tuait. Et le voir mourir lui aussi me tuait. Assez intelligente pour se rendre compte de ce qui se passe, mais trop têtue pour réagir. J'ai aussi mon caractère bien trempé, qui refuse d'abandonner ce en quoi je crois. Et je crois sincèrement que ce mon frère a fait est impossible pour moi à pardonner. Pourtant, je dois l'avouer, l'idée d'être pour toujours en froid avec lui me fait tout autant mal. C'est juste dur de choisir entre deux douleurs identiques, savoir laquelle serait la plus raisonnable, penser à l'autre. Quelque chose d'affreusement réconfortant dans le fait d'avoir mal ─certainement le fait que j'avais une excuse pour manger autant.

-Et toi tu t'es mis au combat de rue vu la tronche que t'as ? je réponds du tac au tac.

Je m'en fiche et je m'en soucie à la fois, et le voir avec le visage abîmé me satisfait comme me peine. Je crois qu'en cet instant même, on a tous les deux nos démons, et moi je préfère éviter les démons et mon frère, lui il a au moins le courage et la patience de me parler, de continuer à vouloir renouer le lien. Peut-être que Noah est une meilleure personne que je ne le suis ─peut-être pas.

-J'ai juste beaucoup d'appétit récemment.



   
« You can’t love someone until you love yourself » bullshit. I’ve never loved myself, but you, oh god, I loved you so much, I forgot what hating myself felt like
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: it's my family, it's little and broken (ft. Noah)   

Revenir en haut Aller en bas
 
it's my family, it's little and broken (ft. Noah)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Family First : II
» You're bringing new life to your family tree now ◮ Alistair & Andy
» Montage débile : Family Sim Bower
» Family is all. {Mael - Liora}
» The Shield vs Wyatt Family

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RÉVOLUTION :: DANS LES RUES DE VANCOUVER ! :: Downtown :: Résidences-
Sauter vers: