AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 ELLIE + Elle a les yeux revolvers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 26/11/2017
☇ Messages : 12
☇ Pseudo : Mélaïs
☇ Vos DC : Taylor &Co. (voir bric à brac)
☇ Avatar : Wentworth Miller
☇ Crédits : Mélaïs
☇ Âge : 40 et des poussières (qu'on ne dira pas pour ne pas l'énerver)
☇ Statut : Célibataire
☇ Occupation : Voleur, Anarqueur, mais de luxe.
LISTING DE MES DC
☇ RPs + Liens : Ellie Frost + Crime Partner



MessageSujet: ELLIE + Elle a les yeux revolvers   Dim 3 Déc - 13:03

C'était par un des collègues de James que tu t'étais trouvé dans cette situation. Tu avais accepté le challenge. Même si tu ne l'avais jamais fait. Le gars en soit, il t'avait semblé douteux, mais dans le milieu, c'était un peu le risque. Alors, ce soir là, tu t'étais fait tout beau. C'était ça, le but du jeu. Passer pour un riche, qui allait à une exposition dans un musée, pendant un gala de bienfaisance. Le gars avait demandé à rapporter deux œuvres. Deux bien particulières, d'un artiste en passe de devenir connu. Deux tableaux qui allaient être mises aux enchères. Et dont il était question que les enchères montent très vite. Autant dire que sur cette affaire, tu allais gagner beaucoup. Et certainement que t'allais pouvoir t'arracher bien vite de Vancouver, et certainement pouvoir mener une vie de pacha quelque part ailleurs, au Mexique, ou dans un endroit où il faisait plus chaud. Enfin, à mi-temps. T'avais beau faire le fier, ta grand mère t'aurait bien tiré les oreilles si tu quittais le pays. Elle n'était pas dupe. Tu voyais que parfois, elle avait cet espèce de regard suspicieux quand tu lui racontais des mensonges. Elle faisait semblant de te croire, ou peut-être qu'elle te laissait le bénéfice du doute. Tu n'en savais rien, mais tu sentais que les mensonges allaient bientôt t'éclater à la figure. Et tu craignais plus le courroux de celle qui t'avait élevé comme son fils que de faire de la prison, ou même de te voir assigné la peine de mort. Ta grand mère, elle imposait le respect. C'était certainement d'elle que tu tenais ton caractère autoritaire, parfois froid. Elle avait craint pendant des années que tu deviennes comme ton père. Alors, elle t'avais dressé. Au pied de la lettre.

Pour cette "mission" que tu avais, on t'avait comme assigné un partenaire. Enfin, une partenaire. Autant dire que c'était pas pour te réjouir. Les femmes faisaient toujours tout foirer. Elles étaient la base des échecs, la base des problèmes. Alors, tu avais tout fait pour t'en débarrasser, pour l'éloigner de tes pattes. Mais elle était intelligente et tenace. Ce qui n'était que pour t'exaspérer un peu plus. Du coup, le plus possible, tu tentais de faire bande à part. Que tu puisses te démerder tout seul. Elle allait faire foirer le vol des tableaux, c'était sûr. En plus, elle n'avait vraiment rien pour passer inaperçu. Ce qui avait le dont de t'agacer encore plus. Mais tu n'avais pas le choix, on te l'avait gentiment fait comprendre. Alors, en soufflant intérieurement, et non sans te plaindre, tu avais fini par accepter le poids de sa présence.

Tu t'étais rendu au musée, habillé d'un costard, d'un nœud pap'. Tu avais même pris la peine de raser au centimètre près tes cheveux qui repoussaient, te donner un air de sans-abri, vers la fin de ta vie. T'avais dépensé une fortune à te faire beau, t'avais même pris rendez-vous chez une esthéticienne, pour passer vraiment pour le mec qui n'avait que ça à faire, de dépenser son fric pour se faire épiler les sourcils au centimètre niquel, et pour avoir des ongles bien propres. Du reste, tu avais refusé qu'on en fasse plus. Enfin, elle t'avait bien collé de la crème hydratante, et fait la barbe toute propre, ce qui avait eu le dont de t'agacer. Ça, c'était interdiction d'y toucher. Pourtant, tu avais beau dire, le résultat y était : tu passais totalement pour l'homme aux milliards d'euros qui tombent par mois, près à dépenser des billions pour un tableau d'un arbre, ou de la mer. En arrivant, tu ne pouvais t'empêcher de le constater : tu n'appartenais pas à ce monde. Même ton attitude le montrait. Au mieux, tu allais passer pour le gars réfractaire, de quarante ans, qui a encore l'attitude rebelle d'un adolescent. Dans le pire des scenarios, tu étais totalement cramé. Alors, tu tentais de te redresser, et de te fondre dans la masse. Finalement, pour le coup, la blonde, elle aurait été pratique pour t'aider à passer crème. D'ailleurs, elle était où, cette plaie ?
Revenir en haut Aller en bas
membre du staff
avatar
membre du staff
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 26/11/2017
☇ Messages : 11
☇ Pseudo : Ilffy
☇ Vos DC : Sybil Todd & co.
☇ Avatar : Caity Lotz
☇ Crédits : Ava ; Ilffy + signa ; endlesslove
☇ Âge : 30 ans.
☇ Statut : célibataire.
☇ Occupation : criminelle.
LISTING DE MA SCHIZOPHRÉNIE


there's no such things as fate.


«-What about your feelings ?
-About you ?»

☇ RPs + Liens : Roméo partner in crime, asshole.

http://www.revolutionrpg.net/t3806-dc-ellie-you-re-not-a-human-being-you-re-just-a-parf-of-a-machinehttp://www.revolutionrpg.net/t3569-sybilco-avant-j-etais-schizo-mais-depuis-nous-allons-mieux

MessageSujet: Re: ELLIE + Elle a les yeux revolvers   Jeu 7 Déc - 12:36

https://www.youtube.com/watch?v=4-nkRX4FQEc

Tu ne te rappelles pas de ta vie avant ce kidnapping. En même temps, qui se rappelle réellement de sa vie avant ses sept ans ? Dans chaque lieu que tu visites, tu ne retrouves rien de familier, rien qui pourrais te rappeler un sentiment de maison, d'être chez toi. Tu déambulais de ville en ville, tel un fantôme du passé qui refuse de s'en aller, tu passais bien comme madame tout le monde quand tu te promenais dans la rue, vivant un minimum par le biais des gens, mais bordel, parfois t'aimerais le crier au monde entier que t'es un monstre. Que chaque fois que tu fermes les yeux et que tu tentes de te sortir de cette merde, t'as l'impression que des mains, des griffes s'agrippent à toi, te font redescendre doucement en enfer. Mais qui te croirais, toi, belle blonde sur qui jamais personne n'a rien ? Tu t'étais retrouvée à Vancouver pour les mêmes raisons qui t'avaient poussé à aller dans d'autres villes ; des affaires, des grosses qui sont sensées te rapporter. T'ignorais comment ton nouveau patron t'avais trouvé, mais pour te trouver, il voulait vraiment t'avoir dans son équipe. Te demander un service, c'était quitte ou double. Tu savais trahir, comme tu savais être loyale jusque leur dernier souffle ; si tu n'y mettais pas un terme, évidemment. Dans le fond, tu détestais ce rôle, d'être toujours celle qui juge et qui passe la sentence, mais c'était comme si c'était dans ta nature. T'avais cette pulsion sanguinaire qui ne s'arrêtait jamais, un besoin dont tu ne pouvais te passer. La vérité se voyait ; tu te détestais, mais tu vivais toujours, courageuse assez pour couper la vie des autres mais pas assez pour faire de même avec la tienne.

Quand ton patron était venu te trouver, alors que tu te regardais encore une fois dans cette glace, pour te dire qu'on t'avait assigné à une mission avec un gars, tu t'étais dit que ça promettait une galère incroyable. T'étais plus solitaire que du genre à bosser en équipe, mais puisqu'il le fallait et que tu voulais ton fric, t'avais accepté sans rechigner, qu'est-ce que tu pouvais y faire de toute façon. Tu avais pu sentir que l'homme qui allait devoir te supporter ne t'aimait pas vraiment ; tu ressentais pareil pour lui. Il ne savait pas encore de quoi tu étais capable, mais tu étais bien décidée à lui faire comprendre que ce n'était pas parce que tu es une femme que tu es plus faible que lui, loin de là, il pourrait même avoir des surprises. Tu n'étais pas sûre d'avoir beaucoup en rapport avec lui, mais puisque apparemment il tenait à ce "travail" tout autant que toi, tu tâcherais de le remettre à sa place en discrétion, même si ça va heurter sa pauvre virilité et sa fierté mal placée.

Une fois dans le musée, tu te fondais facilement dans la masse, avec ta robe qui te mettait en valeur. Tu n'avais pas le meilleur des physiques, certes, mais tu avais ton charme et  tu aimais plutôt bien en jouer, naturellement, tu n'étais pas une femme pour rien non plus. Tu avais pris la peine d'apprendre un minimum sur les invités qui seraient présents, histoire de te faire bien voir et de montrer que tu viens certainement du même milieu qu'eux, surtout avec ce sourire hypocrite sur ton visage, tu passes crème. Tu fais un tour de salle, regarde les sorties, les possibilités, tu examines les gardes l'air de rien, t'es observatrice dans ton genre et t'as toujours besoin d'un plan B, voire d'un C, dans le cas où le A ne fonctionnerait pas ─ce qui arrive souvent, tout de même─. C'est seulement quand tu détournes le regard alors que tu te promènes librement dans la salle  que tu vois celui avec qui tu es censé faire équipe, clairement pas à son aise. Pendant un moment t'hésites à le laisser dans sa merde, mais visiblement encore trop gentille pour ce foutu monde cruel, tu te décides à aller près de lui et tant pis si il te déteste du plus profond de son âme, il faut que vous réussissiez. Vous devez le faire. Alors tu prends son  bras et le croise au tien, bras dessus bras dessous, et tu lui lances un regard, notant pour la première fois votre considérable différence de taille.

-Les gardes sont assez bien armés mais ils sont certainement faciles à battre, quant aux tableaux je n'ai encore rien vu, mais je crois savoir où ils sont... Il y a une porte où tout le monde jette un coup d'œil, c'est qu'elle doit renfermer quelque chose d'intéressant, comme ce qu'on cherche, tu déclares doucement en souriant aux autres invités qui vous saluent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 26/11/2017
☇ Messages : 12
☇ Pseudo : Mélaïs
☇ Vos DC : Taylor &Co. (voir bric à brac)
☇ Avatar : Wentworth Miller
☇ Crédits : Mélaïs
☇ Âge : 40 et des poussières (qu'on ne dira pas pour ne pas l'énerver)
☇ Statut : Célibataire
☇ Occupation : Voleur, Anarqueur, mais de luxe.
LISTING DE MES DC
☇ RPs + Liens : Ellie Frost + Crime Partner



MessageSujet: Re: ELLIE + Elle a les yeux revolvers   Sam 20 Jan - 16:57

T'avais beau être maître dans l'art du faire semblant, il y avait des choses qui ne te paraissaient pas naturelles. Pourtant, des films sur des riches, qui pétaient plus haut que le cul, t'en avais vu. Sur leur conduite droite comme des piquets, qui te faisait rire aux larmes, mais qui leur semblait comme inhérente à leur nature, c'était pas ce qui te manquait. Alors, tu essayais. Puis, tu avais ravisé ta méthode. T'allais tenter d'être plus naturel. Etre toi. Avec ce costume, et tous les soins qu'on t'avait administré, ça passait totalement que tu aurais pu être ce genre de milliardaire décontracté, qui avait tout acquis, et qui faisait pâlir de jalousie la moitié des gens du milieu. Ca aussi, tu l'avais tiré d'un film, ou même d'une série. Et étrangement, t'avais l'impression que ça t'allait mieux. Dans le genre que tu aurais pu tout à fait y être. Tu t'étais trompé de vocation. Ou même, on avait dû t'échanger à la naissance. Oui, voilà, c'était certainement ça. Mais tu savais qu'il fallait quand même que tu continues à être prudent et à faire très attention. Il ne fallait pas qu'on te crame. Donc pas d'outrance. Toujours un vocabulaire recherché. Toi qui aimais parler bagnole, et parler crument, ça n'allait pas aider. Parce que dans le fond, il suffisait d'un rien, avec toi, pour qu'on remarque que ta place n'était pas là, mais plutôt à récurer le sol et les toilettes à la fin de ce genre de gala. En réalisant ça, t'avais dégluti difficilement, et pour mieux faire passer, t'avais pris une nouvelle coupe de champagne. Puis une autre. Sans te soucier que c'était étrange. Que le stress de l'opération commençait à te monter au nez, et que t'allait certainement faire la plus grosse bourde de ta carrière de petit voleur. James avait oublié : t'étais du genre petit voleur de pacotille. Tu volais les sacs des mémés, c'était ça, ton activité principale. Pas les banques, encore moins les musées pendant des galas.

Alors que t'étais à un rien de craquer, la plaie que tu avais fini de chercher, décidant de ne plus t'en soucier était arrivée à ton côté et avait pris ton bras. Ca t'avait fait soupirer, puis tu avais repris ton souffle. Déjà, si vous étiez deux, il y avait plus de chance de couvrir une erreur de l'autre. Et ça avait semblé te rassurer que t'avais recommencé à agir normalement... enfin, "normalement" compte tenu de la situation et de ton rôle. Heureusement que ce n'était pas ton petit comportement de merde habituel qui était ressorti. Tu hochais la tête à ses dires, en l'imitant, en souriant aux personnes qui vous croisaient et vous saluaient.
-D'accord. Je vois. que tu disais, tout en réflechissant, avant de reprendre.-Voilà qui n'arrange pas nos affaires si on veut passer inaperçus mais que tout le monde jette un coup d'oeil... Mais ce n'était pas un problème; Il fallait juste trouver un plan en béton armé. Et ça, apparemment, toi, t'avais toujours su y faire un peu. Au pire, il te semblait que même elle pouvait rattraper, de ce que t'avais entendu. Si vous acceptiez de faire vraiment équipe et de travailler en binôme, ce qui, évidemment, n'était pas vraiment ton cas, vous pourriez trouver le meilleur plan qui ne soit. Juste qu'il fallait pour ça que tu commences à mettre du tiens. Sauf que dans ta tête, t'étais prêt à une chose : travailler en solo et montrer au monde que tu savais y faire. C'était pas une femme qui allait changer le monde. Ca, c'était un travail d'homme !
Revenir en haut Aller en bas
membre du staff
avatar
membre du staff
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 26/11/2017
☇ Messages : 11
☇ Pseudo : Ilffy
☇ Vos DC : Sybil Todd & co.
☇ Avatar : Caity Lotz
☇ Crédits : Ava ; Ilffy + signa ; endlesslove
☇ Âge : 30 ans.
☇ Statut : célibataire.
☇ Occupation : criminelle.
LISTING DE MA SCHIZOPHRÉNIE


there's no such things as fate.


«-What about your feelings ?
-About you ?»

☇ RPs + Liens : Roméo partner in crime, asshole.

http://www.revolutionrpg.net/t3806-dc-ellie-you-re-not-a-human-being-you-re-just-a-parf-of-a-machinehttp://www.revolutionrpg.net/t3569-sybilco-avant-j-etais-schizo-mais-depuis-nous-allons-mieux

MessageSujet: Re: ELLIE + Elle a les yeux revolvers   Jeu 1 Mar - 0:57

Elle a les yeux revolversQuand tu passes la plupart de ta vie à mentir et à changer d'identité, t'apprends à faire ça un peu tout le temps. Pour toi c'est presque un jeu d'enfant, de sourire et cacher qui tu es en étant quelque part entre le mensonge et la vérité. Tu étais le doux mais perturbant complexe entre ce que les gens veulent et ce qu'ils sont incapables de percevoir. Tu jouais sur les deux lignes et jusqu'aujourd'hui, même ceux qui t'avaient créé n'arrivaient plus à savoir qui tu étais au final ; enfin, aujourd'hui, ils ne le pouvaient plus vu que tu les avais tué eux aussi.

Voir tout ce monde ne te faisait pas peur, loin de là. Tu n'avais pas peur de grand chose, tu avais vu la mort de près, et à chaque fois que tu respires, tu touches la fracture de l'âme. Et de plus en plus, t'as l'impression que quelque chose se brise, se déchire, s'émiette, un peu comme un vieux miroir qui commence à s'effondrer petit à petit. T'avais jamais rien demandé de plus qu'un sourire, qu'une personne te dise que tout ira bien, mais la seule personne qui peut te dire ça, c'est toi-même. Mais t'y arrives pas. Et quand tu rentres dans cet endroit, et que tu te retrouves au bras de cet inconnu avec qui t'es forcée de travailler et qui ne t'aime pas plus que ça, tu te dis que t'es vraiment perdue. Plus jamais tu sauras retrouver ce brin d'enfance qu'on t'a enlevé si subitement. Ça avait été plus fort que toi d'analyser la salle et ces gens, bien sûr t'en connaissais déjà certains par les gros titres et quelques affaires précédentes, du coup t'avais déjà une petite idée de ce à quoi tu te frottais, et tu pouvais plus facilement te fondre dans la masse.

-Il y a toujours un moment où plus personne ne prête attention à cette porte... Quand l'hôte commence son discours de bienvenue. La porte ne sonne plus depuis quelques temps, tous les invités doivent être là certainement, alors restons attentifs, tu déclares.

Tu repousses une mèche de ta chevelure blonde et tu lances des faux sourires à tout va, comme t'as pas d'autres choix. Au bras de cet homme, t'avais l'impression d'être seule. Just you, yourself and you. Tu sens qu'il est réticent envers toi, et toi tu vas l'être aussi, car t'as appris à ne pas faire confiance. Tu peux juste te faire confiance à toi-même, mais t'espères qu'en cas où, tu pourras compter sur lui si un truc se déroule mal. Votre patron ne vous avais pas mis ensemble pour rien sur ce coup.

Tu te rapproches l'air de rien de ladite porte, t'incrustant parfois dans des groupes avec celui qui te sert de couverture pour la soirée. Tu sais à quel jeu tu joues et tu crois que lui aussi comprend, il t'a pas l'air con quand même le gars. En prime il a l'air d'être plus âgé que toi, il doit certainement avoir des expériences en plus que toi pour un vol du genre ; toi, t'es plutôt appelée quand il s'agit de tuer quelqu'un. Dans le fond, t'es plus mercenaire que voleuse, mais tu peux être les deux, tout dépend de la somme qu'on t'offre à la fin.

-Je crois qu'on va avoir notre ouverture, tu lui chuchotes en lançant un coup d'œil vers l'hôte qui se prépare près de la scène.
© CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 26/11/2017
☇ Messages : 12
☇ Pseudo : Mélaïs
☇ Vos DC : Taylor &Co. (voir bric à brac)
☇ Avatar : Wentworth Miller
☇ Crédits : Mélaïs
☇ Âge : 40 et des poussières (qu'on ne dira pas pour ne pas l'énerver)
☇ Statut : Célibataire
☇ Occupation : Voleur, Anarqueur, mais de luxe.
LISTING DE MES DC
☇ RPs + Liens : Ellie Frost + Crime Partner



MessageSujet: Re: ELLIE + Elle a les yeux revolvers   Ven 13 Juil - 23:49

Cette fille avait le don naturel de t'énerver. Bien comme il fallait. Tu te demandais bien pourquoi est-ce qu'on t'avait mis avec elle comme binôme. Vraiment, bonjour et merci du cadeau.  C'était sûr que ça risquait pas de fonctionner, avec elle comme binôme. Mais t'avais pas le choix, tu suivais les ordres, bon gré mal gré. Tu savais qu'en choisissant de ne plus bouger tout seul, d'avoir un boss, tu t'enlevais le choix, et c'était comme ça.

T'essayais de calculer au mieux comment il était possible, et bien que ça t'aurais arraché la gueule de le dire, la fille avait raison. La porte était la meilleure solution pour y aller. Et pendant le discours de qui que ce ne soit, du premier qui parlerait, ça passerait à merveille. Et ça t'énervait plus que tout au monde que ce soit elle qui en ait fait la remarque en premier. C'était idiot, mais c'était comme ça.
Seulement, ton agacement, tu pouvais pas le montrer. Vous étiez venus ici sous la couverture d'un couple, alors t'avais le seul choix de fermer ta gueule, de supporter, de faire le casse, en espérant qu'elle gâche pas tout, même si elle semblait bien partie pour faire une action de merde, trop sûre d'elle. Alors, tu prenais sur toi, mieux que jamais. Et c'était impressionnant, surtout venant de toi qui n'avais jamais réussi ça.

Vint donc le moment pour vous d'agir. T'avais gardé le silence, et feint un sourire tout du long. Vivement que vous sortiez tous les deux de là pour ne plus avoir à voir sa tronche, à l'autre blondasse. Heureusement, t'avais pas besoin de simuler que tu la détestais, quand tu lui parlais. Ca, c'était juste pour les mondanités, de faire bonne figure. Quand elle te prévint que c'était le moment, tu te redressais, et faisais mine de lui parler d'un sujet qui convenait ici, et de prendre intérêt dans une discussion pourtant neutre, et qui ne devait pas affoler les troupes.

-Ok, regarde. On a préparé le terrain avec James. Dans la salle avec les tableaux, y a deux rouleaux. Il faudra remplacer, parce qu'on pourra pas amener les cadres avec. Ce sont deux faux, deux imitations.. T'espérais qu'elle allait pas tout foirer, la taule, t'avais donné, t'avais pas envie d'y refoutre les pieds. Pour sortir, faudra qu'un de nous passe par les conduits d'aération. Avec les tableaux. Tu la jaugeais de la tête aux pieds. Pour l'instant, tu faisais mine qu'il faudrait choisir. Mais celle qui s'en sortirait le mieux, ce serait elle. Tu faisais trois fois son volume et son poids. Et si elle était pas contente, tu la ferais rentrer de force. Ne lui déplaise.
Revenir en haut Aller en bas
membre du staff
avatar
membre du staff
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 26/11/2017
☇ Messages : 11
☇ Pseudo : Ilffy
☇ Vos DC : Sybil Todd & co.
☇ Avatar : Caity Lotz
☇ Crédits : Ava ; Ilffy + signa ; endlesslove
☇ Âge : 30 ans.
☇ Statut : célibataire.
☇ Occupation : criminelle.
LISTING DE MA SCHIZOPHRÉNIE


there's no such things as fate.


«-What about your feelings ?
-About you ?»

☇ RPs + Liens : Roméo partner in crime, asshole.

http://www.revolutionrpg.net/t3806-dc-ellie-you-re-not-a-human-being-you-re-just-a-parf-of-a-machinehttp://www.revolutionrpg.net/t3569-sybilco-avant-j-etais-schizo-mais-depuis-nous-allons-mieux

MessageSujet: Re: ELLIE + Elle a les yeux revolvers   Sam 28 Juil - 23:33

Elle a les yeux revolversT'en as rien à foutre, qu'il puisse pas te supporter. Le patron vous a jamais demandé de vous aimez, d'toute façon, juste de vous supporter et réussir ce vol. Toi tu veux juste le fric, te faire beaucoup de fric, de quoi survivre, et partir encore une fois. Dans un lieu plus gai, plus paradisiaque, ou du moins dans un endroit où tu peux être n'importe qui et peut-être avoir une vie plus normale. Où tu tueras plus personne. Le pire, c'est que toi-même t'y crois pas à ce que tu dis. Tu sais qu'au final, t'as été créée pour tuer sans une seule once d'hésitation.

Les minutes se passent et vous vous incrustez toujours dans des conversations, puis t'entends le micro qui s'enclenche et tout le monde qui s'agglutine près de la scène. Tu regardes le garde à la porte, puis tu lances un regard à ton acolyte totalement détestable de la soirée.

-Je distrais le garde et je l'emmène loin d'ici, sans moyen pour qu'il revienne, tu rentres dans la pièce. Dans deux minutes je suis là.

Sans attendre plus, tu prends ton air le plus apeuré que jamais, courant presque vers lui. Toute paniquée, tu prétextes avoir perdu ton sac à main ─chose qu'en fait tu n'as pas─ et que tu dois le trouver pour cette vente aux enchères, sinon t'as pas de fric. Tu submerges le garde, tu fausses même des larmes, et finalement il veut bien te suivre là où tu l'as vu pour la dernière fois. Du coup tu l'emmènes dans un couloir, et de là, tu mets un coup bien placé et tu l'assommes. Tu reviens alors sur tes pas, passe discrètement la porte, t'espères voir qu'il a déjà fait le boulot.

-C'est qu'une question de temps avant que les autres voient le corps du garde, et que l'hôte remarque qu'il est parti. Je sais pas te dire combien de temps on a, mais il faut faire vite.
© CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ELLIE + Elle a les yeux revolvers   

Revenir en haut Aller en bas
 
ELLIE + Elle a les yeux revolvers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (H) JACK O'CONNELL ⊱ elle cherche tes yeux dans tous les regards qu'elle croise.
» Premier jour avec sa guitare
» TREVOR ◐ elle a les yeux qui crient "braguette".
» (( la mort viendra et elle aura tes yeux ))
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RÉVOLUTION :: DANS LES RUES DE VANCOUVER ! :: Downtown :: Musée-
Sauter vers: