AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   Mer 29 Nov - 14:25



" L'ouvrage de la sagesse n'est pas éternel, mais celui de la folie s'ébranle sans cesse, et ne tarie pas à écrouler. La première grave ses caractères, ses caractères durables sur le rocher ; la seconde trace les siens sur le sable.."

Gabriel regarde l’heure, il est temps qu’il aille se préparer. Dans une heure environ, il doit récupérer Erwin chez lui avant de retrouver Stan et Felipe au restaurant de son ami pour l’inauguration. Il laisse tomber le croquis sur lequel il bosse, il a gère avancé. Ses pensées étant plus préoccupées par cette soirée. C’est lui qui en a eu l’idée. Lui qui a proposé à Stan d’y inviter Felipe. Mais là il flippe un peu. C’est la première fois qu’il se retrouvera face aux autres en compagnie de son homme, de son neveu et de celui pour qui il éprouve encore des sentiments confus. Malgré une discussion dés plus calme et à cœur ouvert avec Felipe, il a du mal à faire taire sa haine  Du mal à digérer l’horreur qu’il a fait endurer à Stan. Heureusement pour lui Erwin sera à ses côtés, cela apaisera la bête. Vu la direction qu’a pris leur relation, le besoin d’être avec son ami, son amant se fait plus criant. Et encore plus dans ce genre de situation. Alors il arrête de réfléchir et file sous la douche. Son croquis attendra demain. Il laisse l’eau adoucir sa rage. Il y passe de longues minutes avant d’en sortir pour aller s’habiller. Il opte pour une tenue classe tout en étant décontracté. Un pantalon de toile noir et une chemise vert pâle. Pas de cravate. Il laisse les deux derniers boutons de sa chemise ouverts. Un coup de brosse pour essayer de dompter sa chevelure. Pas de coup de rasoir, sa barbe est juste de deux jours et cela le rend plus sexy. De quoi faire perdre la tête à Erwin. Il prend son blouson en cuir, rejoint sa voiture. Premier arrêt la villa d’Erwin. « Salut toi. Tu vas bien ? Prêt pour cette soirée ?. » Il embrasse son homme avec tendresse. Il reprend sa place derrière son volant, pendant qu’Erwin s’installe côté passager. « Je suis un peu stressé. Je suis heureux que tu ais accepté de m’accompagner. Je crois qu’au final je n’y serais pas arrivé tout seul. » Une évidence qu’il admet sans souci. Il est conscient que la relation Stan Felipe, est loin d’être facile à accepter pour lui. Ils sont rapidement au restaurant. Gabriel embrasse à nouveau Erwin. « Juste pour me donner du courage. » Ils sortent de la voiture. Et rentrent dans le restaurant, il n’y a encore pas trop de monde. Son ami vient l’accueillir chaleureusement. Gabriel présente Erwin. Il a  à peine le temps de terminé qu’il voit Stan et Felipe. Il essaie de garder son sourire. Il ne veut rien gâcher de cette soirée. « Salut  Stan. » Il lui fait une longue accolade. « Bonsoir Felipe. » Par contre là il tend sa main. Il finit les présentations sachant que son ami connait déjà Stan, qui comme lui a eu le plaisir de découvrir les plats avant le lancement. Le restaurateur leur montre les divers buffets et le bar. Il demande à Gabriel de lui faire part de ce qu’ils penseront de tout ce qu’ils gouteront. « Pas souci. Et encore merci pour l’invitation. » Puis il s’éloigne pour serrer d’autre mains. Et Gabriel se concentre sur les trois personnes qui l’entourent. Deux sont si chères à son cœur, il se demande si un jour la troisième y aura  sa place. « Alors on s’avance pour découvrir le bar et  gouter les buffets. » Il regarde Stan, son neveu respire le bonheur. Et cela le rend terriblement heureux.


good vibes.


Dernière édition par Gabriel de St Roc le Jeu 30 Nov - 9:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   Mer 29 Nov - 21:59



" L'ouvrage de la sagesse n'est pas éternel, mais celui de la folie s'ébranle sans cesse, et ne tarie pas à écrouler. La première grave ses caractères, ses caractères durables sur le rocher ; la seconde trace les siens sur le sable.."

Je me sens plus serein depuis quelques semaines. Sans doute parce que nous avons repris à bras le corps cette notion d’amants, qui m’aurait parue invraisemblable, il y a quelques mois. Tout a évolué si subitement que j’ai encore du mal à le croire. Tu as cette obligeance de me laisser m’habituer à cette relation, qui bouscule toutes mes valeurs, les paradigmes que j’ai suivi durant presque toute ma vie. J’ai accepté ton invitation, pour tenter de m’acclimater à cette relation plus intime, moins amicale qui nous lie. Je dois admettre que le stress m’a pas mal déconcentré au cours de la soirée. J’ai toujours eu l’habitude d’agir envers toi comme envers un frère, un ami, un être cher avec qui la complicité était éclatante. Je n’ai aucune idée si aujourd’hui, je dois agir de la même manière, si tout cela ne va pas te troubler et te questionner. Je me sens gauche, tiraillé par ce que je dis faire, comme un adolescent. Cela m’exaspère comme ça m’amuse, mais sous la douche, je laisse ces tensions s’expier de ma chair. Arrête de réfléchir. Je n’arrête pas de me répéter, car je sais que je me torture pour rien. Je finis par m’expier de la douche, enfile un costume, qui me semble de rigueur, sans trop en faire. Le ton est neutre : noir. Rien d’extravagant, mais élégant, comme toujours. Je garde mes lunettes de repos, car je dois bien admettre que les dernières nuits ont été longues sur les dossiers que je me devais d’étudier et reposer mes yeux semble inévitable. Je suis prêt, quand tu arrives et vient naturellement à ta rencontre. « Salut Gab ! Bien et toi ? Pas trop dur la journée ? » Je te questionne avant de sentir tes lèvres se poser sur les miennes. Un contact, qui devient de plus en plus naturel entre nous, mais qui a le don de me rendre fébrile. Je m’installe dans ta voiture où tu m’annonces ton stress. « Cela va bien se passer, ne t’inquiète pas. » Je tâche de te rassurer, alors que je suis moi-même stressé, mais pas pour les mêmes raisons. « Il n’y a pas de raisons que ça éclate. La dernière fois, cela s’est bien passé avec lui, non ? » Je fais mention de Felipe, comme pour te faire comprendre que tu as bien vu qu’il n’était peut-être pas le monstre infame que tu pensais. Il est évident que ton impuissance est légitime et te rende nerveux, mais j’espère que tu ne la laisseras pas te dominer. On échange sur nos journées respectives avant de rejoindre le restaurant où tu viens m’embrasser de nouveau. Cela m’arrache un sourire, bien que l’effet soit toujours déroutant. Cela semble devenir un reflexe pour toi, bien que je ne l’aie pas forcément. Sans doute par pudeur, parce je ne suis pas du genre expansif, bien que je demeure tactile. D’ailleurs, ma main ne manque pas de venir presser ta cuisse avec douceur. « Tout va bien se passer, OK ? » Je me veux rassurant alors qu’on s’extirpe de la voiture et retrouve le cœur de l’évènement. Ton ami vient à ta rencontre et tu l’étreins avant de me présenter à ce dernier. Stan et Felipe arrivent et tu étreins Stan avant de sérer la main à Lip. « Salut Stan. » Je lui souris avec douceur en venant le contraindre dans une étreinte brève, mais douce. « Salut Felipe. » Je lui lance sans perdre en bienveillance en lui serrant la main. Je les observe avec douceur. Stan à l’air plus épanoui que des mois auparavant, ce qui est rassurant. Il semble être sur la bonne voie et j’espère qu’elle n’est pas de façade. Felipe a l’air plus serein, les traits moins tirés par la drogue. A première vue, il semble avoir arrêté ce qui l’avait plongé dans cette folie. « Vos journées se sont bien passées ? » Je questionne sans leur demander ce qu’il en est de leur état d’esprit. Cela serait mal venu, surtout quand on sait ce qu’il s’est passé. « Vous êtes très élégants. De vrais hommes. » Je laisse ma bienveillance s’exprimer pour tenter de les détendre avant que tu nous invites à rejoindre le buffet. Je vous laisse prendre les devants, garde un œil attentif pour anticiper tout dérapement, mais je reste à tes côtés. « Et si on goutait tout cela ? Cela a l’air délicieux, non ? » Je vous questionne en venant prendre un amuse-gueule que je glisse entre mes lèvres.  


good vibes.
[
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   Jeu 30 Nov - 17:41

Je crains cette soirée comme toutes les autres lorsque Gabriel et Felipe sont réunis. Il se peut qu'un événement regrettable se passe lorsqu'ils sont en présence de l'autre. Pourtant ils ne peuvent pas éternellement s'éviter, et au contraire aller au fond du problème pour tenter de le régler. Je sais qu'ils ont beaucoup discuté la dernière fois qu'ils se sont vus, et ils grandissent peu à peu, faisant preuve de sagesse et de compréhension. Il reste encore beaucoup d'étapes à franchir, d'efforts à fournir, mais ils sont sur la bonne voie. Leur détermination à ne plus se détester me procure beaucoup de satisfaction, et je me rends à cette inauguration de restaurant avec le cœur plus léger que d'habitude. Je sens qu'aucun des deux ne va déraper, et que le bonheur s'installera simplement dans cet instant. J'ai envie d'y croire, de sentir l'apaisement nous envahir tous. Aucune pointe de méfiance ou de hargne ne devrait régner au-dessus de nos têtes, et la paix devrait être le remède à tous les maux.

Je sors tardivement de la boutique, alors je n'ai pas le temps de me changer. Je garde mon jean et ma chemise blanche, qui feront certainement l'affaire. Je rejoins directement Felipe devant le bâtiment, et je le vois qui m'attend devant la porte. Je lui saute littéralement dans les bras en riant de bonheur, tandis qu'il me porte en entourant ses bras en-dessous de mes fesses. Je me retiens à ses épaules et baisse la tête pour l'embrasser avec passion. « Tu es trop beau. » Je suis heureux au creux de ses bras, c'est comme une bouffée d'oxygène et de plaisir indescriptible. Il me repose au sol mais je ne quitte pas sa bouche ni son cou de ma main. « Tu en mets finalement, des bretelles. » Je m'exclame en souriant, car monsieur disait qu'il n'en mettrait jamais. Il est élégant : pantalon noir en toile, chemise blanche avec bretelles, et le beau manteau noir qui traîne jusqu'au milieu de ses cuisses. « Tu n'as pas osé rentrer ? Pas encore prêt à affronter le monstre ? » J'éclate de rire en faisant référence à Gabriel. Je préfère prendre ça à la rigolade, pour rendre l'ambiance plus chaleureuse. Je sens pourtant que tu n'es pas à ton aise et que tu n'es pas tout à fait apaisé à l'idée d'être en sa présence. « Détends-toi, c'est une soirée relax. On va manger comme des cochons. » J'embrasse tes lèvres, te regarde avec bienveillance, puis j'attrape ta main dans la mienne pour nous guider à l'intérieur. Je ne te lâche pas jusqu'à ce qu'Erwin et Gab nous repèrent et viennent nous saluer. Les deux m'étreignent puis te serrent la main. Il va falloir encore un peu de temps pour que le rapprochement se fasse réellement. Le directeur du restaurant vient même nous accueillir chaleureusement et nous expliquer l'organisation de la soirée. « Merci Erwin, tu n'es pas mal non plus dans ton genre ! Hein Gab ? Je ris pour taquiner mon oncle sur l'amour évident qu'il ressent pour Erwin. « Sinon ça va, longue journée. Je viens de finir à la boutique, j'étais de fermeture. » Je commente avant de laisser Lip s'exprimer. Je l'invite à le faire en entourant son dos d'un de mes bras. Je crée le contact pour qu'il se sente plus à l'aise. « Oui bonne idée. » Je pioche un petit four vegan et savoure ce plaisir gustatif. « Mh trop bon, goûte ! » J'en reprends un et le dépose dans la bouche de Lip, en souriant avec bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   Jeu 30 Nov - 21:23

La nervosité qui m’habite est conséquente. Je la sens s’immiscer insidieusement dans mes veines tandis que je t’attends devant le restaurant. Je me suis appliqué à suivre tes conseils en tenues, qui sont résolument plus distingués que les miens, mais je ne suis pas certain d’être assez bien pour ce type d’endroit. Tu ne vas pas tarder à arriver, mais je m’inquiète plus de tomber sur Gabriel et Erwin avant que tu ne sois là. Depuis notre conversation chez lui, j’ai des raisons d’être moins craintifs, mais je sais parfaitement qu’une épée de Damoclès est prête à me frapper à tout instant. Fort heureusement, je te vois arriver et je me décontracte immédiatement. Tu me sautes littéralement dans les bras et cela provoque naturellement mon rire. Cela fait un bien fou de te voir rire de cette manière et je te porte sans même y penser. Mes mains se glissent sous tes fesses et je te maintiens fermement contre moi tandis que tes lèvres viennent s’enticher des miennes avec passion. Ce contact est délicieux et j’y réponds sans réellement me poser de questions ou du regard qu’on peut avoir sur moi. Je suis heureux de te savoir heureux, du moins à cet instant et c’est tout ce qui importe. Je souris à ton compliment et rit légèrement à ta taquinerie. « Il faut croire que quelqu’un arrive de plus en plus souvent à me convaincre. » J’admet dans un sourire amusé avant de subir de nouveau tes espiègleries. « Un loup n’a jamais peur de rien. » Je déclare en faisant mine de refuser cette réalité, mais il est évident que je crains mes rencontres avec Gabriel. Cela n’a jamais été le grand amour entre nous deux et je ne suis pas certain que cela le deviendra vraiment, un jour. J’espère juste qu’on pourra juste s’entendre, sans devenir les meilleurs amis du monde. Cela serait totalement improbable. « J’attendais que tu arrives. » J’ajoute pour éviter d’aborder mon stress que tu identifies clairement. « Plus facile à dire qu’à faire. » Je déclare dans un léger sourire, car je n’ai aucune idée de ce qu’il m’attend, mais avec toi, c’est supportable. Je te laisse m’embrasser et on retrouve le restaurant. On y retrouve Gabriel et Erwin, qui viennent nous saluer. Ils t’étreignent, me serrent la main, mais je ne m’en formalise pas. Je sens Gabriel tendu, mais Erwin a l’air plus décontracté et s’intéresse à nos journées et nous complimente sur nos tenues. Tu le complimentes à son tour, titillant ton oncle. Je crois comprendre qu’ils sont en couple. « Elle s’est bien passée, merci. Et toi ? » Je le questionne à mon tour par politesse. Gabriel et Erwin nous invite à se rapprocher du buffet et on se laisse tenter par l’idée. Je te laisse en gouter un, sourit simplement de te voir si détendu et enjoué. Cela est cruellement apaisant et je me retrouve rapidement avec un met entre les lèvres. Je savoure la texture, résolument différente de tout ce que j’ai pu gouter jusqu’alors. La haute gastronomie ne fait plus partie de mon quotidien depuis des années. « C’est vraiment délicieux. » J’admets en venant me laisser tenter par un autre. Je reste légèrement en retrait, ne lance pas un sujet de conversation, car ce n’est pas vraiment mon genre. Encore plus dans de telles circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   Sam 2 Déc - 22:20



" L'ouvrage de la sagesse n'est pas éternel, mais celui de la folie s'ébranle sans cesse, et ne tarie pas à écrouler. La première grave ses caractères, ses caractères durables sur le rocher ; la seconde trace les siens sur le sable.."

Gabriel retrouve Erwin. Il est un peu angoissé par rapport à cette soirée. Mais la présence de son ami, petit ami, l’apaise. Il sera son garde fou face à Felipe. « Non, enfin si un peu j’ai eu du mal à me concentrer sur mes croquis. Mais bon je verrais ça demain. Et pour toi elle c’est bien passée ? » Puis il l’embrasse, un geste devenu naturel pour l’architecte. Même si chaque échange le bouleverse et l’électrise. Ils s’installent dans la voiture et l’architecte fait par de son angoisse. En ce confiant il pense pouvoir contrôler plus facilement son stress. Il ne veut pas déraper au cours de cette soirée, surtout par rapport à Stan. Erwin le rassure, pourtant Gabriel a la sensation de le sentir un peu perturbé aussi. « Oui cela c’est bien passé. Mais là je vais le voir avec Stan. Enfin je les déjà vu ensemble à la villa. C’est peut être à cause de tout ce contexte. Nous .. Eux .. Un changement de vie. » Il lui fait un sourire charmeur, au final il est troublé par cette situation. Lui en couple avec son meilleur ami. Stan aussi. Même s’ils ne sont qu’au début de leur histoire autant l’un que l’autre. Et pour Gabriel comme Stanislas c’est une première. C’est aussi pour ça que c’est important pour l’architecte. Gabriel vole un baiser à son amoureux. Même si ce genre de mot a encore du mal à s’accrocher à ses lèvres. En retour celui presse sa cuisse d’une caresse. Ce qui finit de lui réchauffé le cœur. Il ne lui en faut pas plus pour se rebooster. Et ils rentrent dans le restaurant, ils sont rapidement rejoint par Stan et Felipe. Tout le monde se salue, bien entendu la distance reste encore dans les gestes envers Felipe. Erwin vient  rendre la discussion plus amicale en demandant des nouvelles aux jeunes. Stan en profite pour taquiner son oncle. Gabriel sourit. « Il est vrai qu’Erwin est très beau ce soir. » Il a un regard amoureux envers son ami alors qu’un sourire se dessine sur ses lèvres. Il l’aime et ne le cache pas. Puis il se concentre à nouveau sur les deux jeunes. « Mais vous êtes pas mal tous les deux non plus. » Il se doute vu la tenue de son neveu qu’il n’a pas eu le temps de passer se changer. Ce que Stan confirme. Par contre il note l’effort de Felipe, et il apprécie. Il se demande si Stan n’a pas mis sa patte. Car il est vrai que ce petit à très bon gout. Après avoir échangé ils se dirigent tous les quatre vers le buffet. Gabriel ne peut s’empêcher de regarder Stan et Felipe, difficile d’ignorer leur complicité. Gabriel est à la fois ému et troublé. C’est assez dur pour lui d’accepter cette situation. Alors il regarde Erwin, sachant qu’il l’empêchera de couler ou de trop penser. « Comment tu trouves l’endroit ? »  Il en profite pour gouter au buffet. « Alors cela vous plait. Mon ami veut savoir ce que vous en pensez. Il a peur que certaines choses ne plaisent pas. » Il regarde son neveu, pensant au jour ou il lui a fait découvrir ce lieu en avant première. Puis ses yeux se dirigent vers Felipe. « Et comment va Ghost ? Toujours aussi fou fou ? » Ce soir il veut vraiment être à la hauteur et montrer qu’il peut faire des efforts. Le fait d'être entouré de ces deux êtres cher à son cœur lui fait oublier la rage qu'il éprouve envers Felipe.


good vibes.
[
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   Lun 11 Déc - 11:07



" L'ouvrage de la sagesse n'est pas éternel, mais celui de la folie s'ébranle sans cesse, et ne tarie pas à écrouler. La première grave ses caractères, ses caractères durables sur le rocher ; la seconde trace les siens sur le sable.."

Tant de questionnements ont bousculés ma journée, que je peux comprendre qu’il en a été de même pour toi. Il n’y a rien d’étonnant. Tu ressens encore tellement de rage au fond de tes tripes, accentuée par ton impuissance, que l’être passionné que tu es, ne peut tolérer de l’être. Je sais qu’aujourd’hui, je vais devoir agir comme un garde-fou, que mon rôle en tant qu’ami et amant, va être de calmer la bête. J’espère juste que je n’aurai pas besoin de le faire, que la soirée se déroulera sans accro. Je veux croire que Felipe sera un bon gars, en dépit des folies qu’il a réalisé par le passé. Je le connais peu, mais sa manière d’agir après tout ce qu’il s’est passé, après avoir vu cette culpabilité lui ronger le regard, je veux croire en son désir de rédemption et si tu n’as pas la force d’y croire, je ferai en sorte de calmer les signaux que tu lui renverras pour m’assurer qu’il ne perdra pas foi, car ce serait la pire des réponses à lui apporter, s’il est réellement sincère. Sans doute, que c’est le cœur d’un directeur d’un centre de désintoxication, qui me fait penser et agir de la sorte, mais j’ai l’expérience pour savoir que ces personnes ont juste besoin qu’on les aide à prendre confiance en eux et qu’on ne les juge pas. « Plutôt bien. J’ai été pas mal distrait aujourd’hui également. » Un moyen de t’informer que cette soirée m’a également travaillé pour des raisons peut être similaires aux tiennes, bien que sous un angle différent. Je m’applique à te rassurer, m’efforce de te rappeler ton entrevue avec Felipe, qui s’est plutôt bien passée si mes souvenirs sont bons. « Je peux le comprendre, mais ça se passera bien. A première vue, il a l’air très sérieux avec Stan et je pense que Stan a en également besoin pour se reconstruire. Comme toi, tu as besoin de moi et moi de toi. » Je te déclare en douceur avant de poursuivre : « Il faut juste croire que ça va aller et il n’y a aucune raison que ça ne se passe mal. » Ma voix est douce, mon regard se pose sur toi tandis que je réceptionne ton baiser. Je viens doucement serrer ta cuisse pour te donner la force d’avancer et d’être confiant vis-à-vis de notre soirée. On retrouve la soirée, les garçons et un échange se créé tout naturellement. J’essaye de détendre l’atmosphère, je m’intéresse à leur journée. Stan a l’air de bonne humeur, plus jovial que la précédente fois et c’est un bon point. Cela me rassure et mon regard se fait plus doux, détendu à cette constatation. Il te taquine même, ce qui m’arrache un sourire tandis que tu les complimentes à ton tour. Stan se rapproche même de Felipe pour le mettre en confiance. Il créé le contact et Felipe s’exprime simplement sur sa journée dans un ton courtois, qui révèle tout de même son anxiété. On se dirige vers le buffet et je sens que leur rapprochement te trouble. Tu as encore du mal à accepter la situation, ce qui n’est pas incohérent, mais tu finis par me donner ton attention, me questionne sur l’endroit. « Il est très accueillant. On sent que ton ami a soigné le cadre de son restaurant, mais également la présentation de ses plats. Il vise sans doute une clientèle assez riche, en vue de tous les détails que je vois. Ce ne serait pas toi qui l'a conseillé ? » Je déclare simplement en constatant tous les éléments mis en place. J’attrape un petit four que je glisse entre mes lèvres. Je le goute, le savoure en le laissant fondre dans ma bouche pour réellement l’apprécier. « En tout cas, les saveurs semblent surprenantes. Je pense que cela va être une bonne surprise. » Je commente simplement avant de te laisser échanger avec les garçons. Je remarque même l’effort que tu fais en demandant des nouvelles du nouveau compagnon de Felipe, offert par Stan. « C’est un husky, je me trompe ? » Je questionne à mon tour comme pour tenter d’en savoir plus sur l’animal, qui semble être un petit fou, mais revendeur d’attention.


good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   Mar 12 Déc - 17:35

Après avoir passé un court moment, mais agréable, en ta compagnie, on gagne l'établissement pour s'introduire dans cette ambiance conviviale et bourgeoise qui se dégage de la pièce où a lieu la réception. J'essaye de te détendre à mon contact, de ne pas laisser le trouble t'envahir. Je sais bien que tu n'es pas habitué à participer à ces soirées particulières, ni même à être autour de tous ces inconnus. Alors j'essaye de planter mon regard dans le tien pour t'apaiser, surtout quand Gabriel et Erwin viennent à notre encontre. Je perçois pourtant cette pointe de nervosité que tu ne parviens jamais totalement à camoufler, éteindre. Je peux comprendre que la présence de mon oncle te tende les nerfs ; les siens aussi doivent être titillés. Je n'ai toutefois plus l'intention de me cacher avec toi, sur tout cet amour que je ressens, et je crois que venir ensemble à cette soirée était l'objectif. Je tiens de plus en plus à assumer ce couple qui vient de se reformer de manière plus sincère et douce. Alors je suis beaucoup plus jovial qu'auparavant, malgré la crainte de décevoir Gabriel. Je savoure la soirée, discute avec chacun, avant de me tourner vers le buffet pour déguster les mets préparés. Je m'amuse avec toi, avant que mon oncle n'intervienne pour connaître notre avis. « C'est trop bon ! Je crois que cela va être notre restaurant fétiche désormais. En tout cas le mien. Ton côté carnivore risque de grogner au bout d'un moment. » Je rigole avant de te laisser répondre aux deux questions qu'on te pose, sans t'interrompre, seulement en te fixant dans les yeux pour t'encourager à t'ouvrir. Tu évoques une anecdote sur Ghost, qui fait rire tout le monde. Moi le premier. Ce husky est un bonheur au quotidien, et il a complètement brisé ta carapace. Il n'y a pas un jour où tu le délaisses, pas un jour tu faillis à ta promesse de le promener deux heures par jour. Tu es un maître idéal. « Il n'arrête pas de me lécher la joue le matin, quand je dors chez Lip. Je suis du côté du vide, alors il en profite le coquin ! La prochaine fois, je cède la place à Lip ! » Je me mets à rire, complètement heureux d'être en présence des deux hommes que j'aime ; et de celui qui perturbe le cœur de mon oncle. « Par contre c'est une brave bête, vite domptée par un chaton. » Je m'exclame, en fixant Gabriel pour faire passer subtilement un message. Au fond, le husky et le chaton sont des emblèmes de la relation que j'entretiens avec Felipe. J'ai réussi à l'apprivoiser. Comme le Petit Prince et le renard. "Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde". J'ai envie de partager la douceur que l'on vit toi et moi, de la mettre sous les yeux de Gabriel, pour qu'il se sente rassuré. Aucun côté vicieux et malsain ne vient bousiller ce lien plus magique qui s'installe. Alors je sors mon portable et leur montre cette vidéo que tu m'as envoyée récemment, avec Ghost et le chaton rapprochés, sans que le chien ne s'en sente brusqué. « C'est quand Lip m'a offert Mononoke. » J'étale ce petit bonheur qui s'est fait une place dans ma vie, et que je ne veux plus jamais voir détruit. Je le montre parce que pour une fois, ma joie semble vraiment complète, sans imperfection.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   Dim 17 Déc - 14:15

Ton enthousiasme agit comme une caresse agréable sur mon cœur. Entendre cette joie de vivre de nouveau effleurer ton être, apaise mon être et retire toute tension. Je te regarde avec attention, tentant d’identifier le moindre indice, qui pourrait montrer que tout ceci n’est pas réel. Cela ne semble pas être le gars, alors je me laisse envahir par ce doux sentiment qui s’immisce dans ma poitrine. J’essaye de m’extirper de tout ce mal-être pour gouter à un moment de plénitude à tes côtés. Ce que la drogue m’empêchait de ressentir réellement, mais aussi ma fierté, cette idée faussée de devoir être indestructible, infaillible, comme si je n’avais pas droit de ressentir aussi profondément les choses. Encore aujourd’hui, je reste sur ma réserve, accepte de me livrer qu’à des moments où on se retrouve que tous les deux, car tu as toujours été ma faiblesse, aujourd’hui, bien plus que par le passé. La différence, c’est qu’aujourd’hui, j’ai accepté ce que tu faisais naitre en moi, et toute cette frustration, cette colère envers la vie, s’effrite à tes côtés et en présence de Ghost. Sa présence et douceur, m’évite de sombrer bien vite dans la solitude, la culpabilité, la douleur. Tu es la lumière, qui me maintient à la surface, inexorablement, même si tu mérites bien mieux que moi. C’est une certitude que j’ai, mais je fais de mon mieux pour être digne et ne pas me laisser dévorer par cette crainte, qui demeure persistante, impossible à oublier. Alors, je dévore quelques fours, sourit juste à tes propos avant de rire faiblement. Ma réserve m’empêche d’avoir la même spontanéité que lorsqu’on est ensemble. Gabriel prend des nouvelles de Ghost. « Toujours aussi fou, il n’est jamais fatigué. Il me traine jusqu’au parc tous les soirs, même quand je suis épuisé. Il a pris la manie de me tirer par les pulls. » Je lâche sans trop rentrer dans les détails. Ghost est un rayon de soleil dans mon existence, mon protégé et un membre de ma meute. Je ne l’éduque pas à arrêter de me tirer le pull, car je trouve cela trop adorable et m’invite à succomber à sa demande. « C’est un husky, en effet. Une brave bête, qui adore la compagnie et fait ami avec tout le monde. Il a plein d’amis chien, ce qui me permet de profiter du parc pendant qu’il fait le fou. » Il n’y a aucun secret autour de Ghost. Je peux donc en parler librement sans me sentir réellement juger. Tu finis par parler d’une autre anecdote, qui me fait rire. « Le connaissant, il n’hésitera pas à monter sur le lit pour te lécher. » J’ai déjà essayé de dormir du côté mur, mais cela n’arrête pas la brave bête, qui lorsqu’il a besoin d’attention et de gameller, n’hésite pas à s’imposer à toi. « Alors imagine quand il aura pris deux têtes ! » Je te déclare en riant. Tu n’arriveras pas à t’en dépêtrer, moi non plus, soit dit en passant. Tu abordes le sujet du chaton que je t’ai offert. Tu leur montre même une vidéo que je t’ai envoyée des deux monstres sagement installé sur le canapé de mon studio, sages, comme des images. « Il faut dire qu’ils avaient fait les fous au moins une bonne vingtaine de minutes. » Je déclare en te regardant continuellement, car c’est plus facile pour moi de m’exprimer en te regardant. Cela m’évite de penser à tout le ressenti encore contenu par Gabriel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   Ven 22 Déc - 22:28



" L'ouvrage de la sagesse n'est pas éternel, mais celui de la folie s'ébranle sans cesse, et ne tarie pas à écrouler. La première grave ses caractères, ses caractères durables sur le rocher ; la seconde trace les siens sur le sable.."

Gabriel et Erwin échangent durant le trajet sur cette soirée. L’un comme l’autre sont pris par des doutes et des craintes. Même si elles différent elles ont perturbé leur journée. Mais Erwin rassure Gabriel. Après tout la dernière fois cela c’est bien passé avec Felipe. Il est vrai que l’un comme l’autre on fait part de sincérité dans leurs propos sans se prendre la tête. Mais là il va y avoir Stan et c’est la vision du couple que Stan et Felipe forment qui fait peur à l’architecte. Même s’il l’a déjà affronté. En tout cas les mots d’Erwin lui font un bien fou. Son ami sait l’apaiser tout en lui faisant prendre conscience de l’importance de chacun dans la vie de l’autre. Stan a besoin de Felipe pour se reconstruire, ce qui peut paraitre invraisemblable mais véridique. Comme il est véridique qu’Erwin a besoin de Gabriel et Gabriel a besoin d’Erwin. « Tu as raison. Pas la peine de voir le pire. De toute façon j’ai envie de passer une bonne soirée. Cela nous fera du bien à tous les quatre. » Il est séduit par la voix douce et le regard tendre de son homme. Un baiser, un geste tendre et ils rentrent dans le restaurant.

Ils sont rapidement rejoints par Stan et Felipe. Et la discussion s’engage. Chacun fait de son mieux pour que la tension qui pèse ne mette pas tout en l’air. Ils se complimentent, parlent de leur journée respective. Gabriel garde Erwin comme point de repère. Quand il sent ses nerfs le titiller, il regarde son ami et la bienveillance de son regard le calme. Surtout quand l’architecte voit Stan et Felipe se faire plus complice. Cela reste délicat d’accepter cette vision. Ils goutent au buffet et Gabriel cherche à savoir ce qu’ils en pensent. « Oui il a pas mal bossé la dessus. Il est assez perfectionniste. Il va faire des formules afin que tout le monde puisse venir le midi. Le soir sera plus chic. Je lui ai donné des idées pour la décoration. J’apprécie que tu le remarques. » Un sourire charmeur se glisse sur les lèvres de Gabriel. Avant qu’il ne goute un autre met. Pendant que Stan donne son avis. « Tu avais bien aimé la première fois. Stan et moi avons été des privilégiés vu que l’on a eu la chance de gouter certains des plats en avant première. » Gabriel sourit à son neveu, heureux de le voir sourire et de l’entendre rire. « Ne t’en fais pas pour mon côté carnivore, je trouverais toujours mon bonheur. » Et il se tourne vers Erwin, comme pour le faire passer le message que du moment qu’il le dévore lui, le reste n’a pas trop d’importance. Et pour montrer ses efforts Gabriel s’adresse à Felipe sur son chiot. « Ce sont des chiens qui ont besoin de beaucoup d’exercice d’après ce que j’ai entendu dire. Et puis cela fait du bien de courir. Et là au moins tu n’es pas seul. » Gabriel ne relève pas pour les pulls. C’est surement un moyen pour Ghost de faire passer un message à son maitre. Erwin renchérit sur la discussion par rapport à la race du chiot. Felipe se prête sans problème à la discussion. Et Stan vient ajouter son grain de sable en faisant part de ce que fait ce petit coquin au réveil.  Vu de loin, ils doivent ressembler à quatre amis qui sont heureux de profiter d'un moment ensemble. Mais au fond rien n'est encore vraiment acquis. « Il n’a pas envie que vous fassiez de grasse matinée ce n’est pas plus compliqué que cela. Il veut vous dire aller debout bande de trainards. » Il donne le change, garde son sourire, même si cela le met mal à l’aise en pensant Stan et Felipe dans un même lit. Cela coince un peu. « Quand il aura pris de tête, il vous mettra hors du lit et se couchera à votre place. » Gabriel reprend un autre amuse bouche tout en dégustant sa boisson. Stan parle alors de son chaton. Il montre même une vidéo de Ghost et Mononoke. « Pauvre chaton il va pas s’en sortir avec ce prénom. Et puis on dit que les chats et les chiens ne s’entendent pas. Ces deux là se sont vite adoptés. Ils sont vraiment craquants tous les deux. » Le feeling est passé de suite entre les animaux comme entre leurs maitres. Parce que même si Felipe a joué au con, il est dans la vie de Stan depuis belle lurette. Et leur complicité a souvent éclaté au visage de Gabriel, il n'aurait jamais pensé ... Enfin ... Il avale une autre gorgée de son verre.  Pas de pensées sombres ce soir. Non.



good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   Sam 23 Déc - 22:25



" L'ouvrage de la sagesse n'est pas éternel, mais celui de la folie s'ébranle sans cesse, et ne tarie pas à écrouler. La première grave ses caractères, ses caractères durables sur le rocher ; la seconde trace les siens sur le sable.."

Tu sembles vouloir tenir la promesse que tu as faite à Stan. Je le vois dans la manière que tu as de t’exprimer envers Felipe. Même si tu restes sur tes gardes, tu ravales cette hargne qui s’est tapie si douloureusement au fond de tes tripes. Je trouve ces efforts admirables et je suis certain que cette ouverture soulage l’esprit tourmenté de Stan. Il a besoin de toi et de Felipe pour surpasser ce traumatisme, bien que je comprenne totalement que tu as du mal à l’accepter. Cela est logique, mais je compte bien être à tes côtés pour te permettre de garder ce cap et te conseiller si besoin. Je me mets donc en retrait, observe vos faits et gestes. Stan semble resplendir de bonheur à cet instant, comme si rien de traumatisant n’avait ombragé son existence. Ce sourire a l’air sincère et semble soulager Felipe, qui tendu, se laisse porter par les sollicitations de ton neveu. Il s’exprime au sujet de son nouveau compagnon, ne tarit pas en détail pour satisfaire notre curiosité. Il parle de manière détachée, sans arrogance et tu lui donnes le change, rebondit à chacune de ses remarques ou de celles de Stanislas. « Ils sont vraiment mignons ensemble. On dirait deux peluches. » Je commente au sujet de cette vidéo que Stanislas montre avec engouement. Je vous souris et finit par attraper un amuse-gueule que je glisse entre mes lèvres. Je sens que tu bois ton verre trop rapidement. Sans doute que tes nerfs sont à fleur de peau à cet instant. Alors je viens naturellement frôler ta main pour t’apporter un contact bienveillant et sans doute source de sérénité. Du moins, je l’espère. « Je pense qu’ils vont être inséparable. » Je déclare au sujet des deux boules de poil dans un sourire bienveillant. Au fond de moi, j’espère que le bonheur exprimé par Stanislas n’est pas factice et qu’il reprend du poil de la bête, face à cet équilibre qu’il rebattit grâce à vous deux. De plus, que je sens Felipe sincère dans la manière de regarder Stanislas et de se comporter avec lui. Il semble vouloir faire preuve de rédemption et cela semble porter ses fruits. C’est le plus important à mes yeux et cela devrait également l’être pour toi. Tu n’es pas obligé de lui pardonner, ni même de le considérer comme un ami, mais il faut bien admettre que Felipe a évolué. Il n’a plus rien du petit con que tu dépeignais avec tant de hargne et de fougue par le passé. Mais je suis mal placé pour pouvoir le dire, alors je reste en retrait, de manière bienveillante, comme un médiateur prêt à agir pour éviter des confrontations trop douloureuses.  


good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oublier la rage pour profiter d'un moment de partage. - Gabwin / Stanlip
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» De l'alcool pour oublier première idée... PV Baban'
» Mission de repérage pour le Gondor
» Oublier le passé pour affronter l'avenir [Calvessa]
» WATERFORD, IRLANDE ✘ OUBLIER LE PASSÉ POUR MIEUX EXISTER
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RÉVOLUTION :: HORS-JEUX ! :: Boites à Archives :: RPs-
Sauter vers: