AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 [DC] when you touch me, it's so powerful

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [DC] when you touch me, it's so powerful   Mer 1 Nov - 18:12


Feat Madelaine Petsch ©️️ giphy.

Elisabeth "Bitsie" Ellington
there's an energie when you hold me.

nom : Ellington prénom : Bitsie âge : 23 petites bougies. Eh oui, je suis terriblement jeune, et j'me porte bien. lieu de naissance : Vancouver nationalité : Canadienne occupation : patineuse artistique statut civil : en couple orientation sexuelle : bisexuelle.


— Les petits détails croustillants.

Je suis la dernière d'une fratrie assez nombreuse. Et, autant ne pas vous mentir dès le début, j'ai tout du sale caractère des derniers nés, des petits frères et soeurs. Vous savez, celui qui mène la vie dure aux autres, simplement parce qu'il est pourri gâté ? Eh bien, sans aucune hésitation, c'est tout moi. Vous appréciez, c'est bien, vous appréciez pas, je m'en fiche royalement, c'est peut-être le pire dans tout ça après tout.
Avant ma naissance, mon père a appris qu'il était stérile. Le choc a été assez énorme et le couple que formaient mes parents a failli prendre fin. Jusqu'à ce qu'ils décident de faire appel à une banque de sperme. De là, est née leur troisième fille, complètement différente des deux précédentes : brune aux yeux noirs, tandis que ses soeurs étaient rousses avec des yeux clairs. La grande surprise a été ma naissance, puisque je suis bien leur fille à tous les deux. Il se trouve que le diagnostique n'était pas définitif. Ce qui est dommage, en revanche, c'est que nous ne soyons que des filles. J'aurais bien aimé avoir un grand frère ou un petit frère à emmer... à embêter.
J'ai commencé le patinage à l'âge de sept ans. J'ai soûlé mes parents pour qu'ils puissent me payer les patins, les cours, l'abonnement à la patinoire. Comment vous dire qu'ils n'ont pas pu me résister. Dernière de la fratrie, "enfant miracle", même si je n'ai jamais vraiment été un cadeau, je me suis servie de tout pour les culpabiliser jusqu'à ce qu'ils cèdent. Sisi, de tout. J'ai même fait du chantage à mes soeurs pour qu'elles me soutiennent. Comment vous dire que ça n'a pas été tout simple. Mais que leur soutien, volontaire ou pas, a été suffisant pour qu'au bout d'un long mois de négociation, ils cèdent. Moi qui avais plus l'habitude d'avoir ce que je voulais dans des délais plus courts...
Mon premier championnat, je l'ai gagné à peu près au moment de ma première relation. J'avais quinze ans et j'étais en duo. Soit disant le patinage solo, c'était pas fait pour moi. Tu parles, quand t'es doué dans un domaine, t'es doué dans un domaine, un point c'est tout. Et je savais plus que bien patiner. J'ai toujours été une championne dans ça. Enfin, toujours est-il que je me suis mise à sortir avec un musicien. Note à moi-même : les musiciens, c'est nul niveau relation, ça vaut vraiment pas grand chose quand il s'agit d'apporter de l'attention à autre chose qu'à son instrument de musique. En l'occurrence sa foutue guitare sèche. Ok, il jouait bien mais hého, j'étais là les gars ! Enfin, pas de quoi faire de la laine avec les poils d'un mouton quoi.
Après ce musicien, et quelques autres garçons inutiles, j'ai eu ma première relation homosexuelle. Et ma première longue relation. Sauf qu'elle ne supportait pas mon entraînement intensif pour être à la hauteur et que ses crises de jalousie à répétition parce que je ne lui accordais pas assez d'attention alors que j'étais avec elle presque sept jours sur sept, ça a vite commencé à m'agacer. C'est à ce moment là que j'ai rencontré Louis. À force j'ai commencé à me détacher d'elle et l'ai évité en passant tout mon temps à la patinoire, même quand c'était pas mon tour mais celui des joueurs de hockey, et notamment l'équipe de Louis. Ah, et celle de Cahill aussi. Si j'ai immédiatement eu une relation très complice avec Louis qui semblait être le seul à m'accepter comme j'étais dès le départ et sans me demander de changer, j'ai eu un énorme coup de coeur pour Cahill. En pleine rupture, j'ai fait une sorte de transfert sur lui. Étrange puisque ce n'était pas une fille, n'est-ce pas ? Déjà, j'étais fan de son travail, mais un beau mec, grand, canon, avec du charme, et sympa, ça n'existait que dans les contes de fées. Enfin, sympa... Avec mon caractère difficile, compliqué de toujours être sympa et de penser des choses sympa. Mais il essayait quand même, ça se voyait, et ça le rendait encore plus mignon. Après, sept ans de différence, c'est tout de même beaucoup, même pour moi. Rassurez-vous, il ne s'est jamais rien passé avec lui. Enfin, pas que je me souvienne en tout cas.
Louis, lui, il est un peu plus vieux que moi, c'est vrai. De presque trois ans. Mais j'ai trouvé mon double avec lui. La relation a été difficile, surtout après avoir vécu trois ans avec une femme, aussi pleine de défaut soit-elle, et m'ouvrir à nouveau a été compliqué. Mais il faut dire que d'avoir un complice dans les conneries et les sales coup, ça aide. Je crois que c'est tout de même moi la première à l'avoir dragué. En même temps, lui aussi, il joue dans la cour des canons. Je sais ce que vous allez dire : je suis superficielle. Mais pas avec Louis. Ce qui m'a plu en lui, c'était ce côté secret, mais toujours complice. Avant que nous ne soyons en couple, autant le dire, il ne m'a jamais balancée. Même quand je faisais tout pour le virer avec son équipe de la glace pour continuer à m'entraîner. Oui, parce que je suis la reine des sales coups si vous ne l'avez pas encore compris. Le pire, c'est qu'il est souvent venu m'aider, même si ça lui portait préjudice. Aujourd'hui, nous sommes ensemble depuis deux ans, et ça fait plus de temps encore que j'essaie toujours et encore de garder la patinoire réservée pour moi le plus longtemps possible. L'équipe de Hockey de Cahill et Louis me surnomme même "L'Emmerdeuse". Parfois "L'Emmerdeuse à Louis", parce que c'est drôle. Moi, je ne m'en lasse pas. Le plus je peux leur faire de crasses pour être tranquille, le plus je suis heureuse. Pour le reste, j'ai repris les championnat, mais en solo, même s'il m'arrive de patiner avec mon chéri. Il en bave, croyez-moi. Mais apparemment il aime ça parce qu'il revient sans que je lui demande. Moi ? Oh non, le hockey, c'est pas fait pour moi. Je me casse la figure à chaque fois. J'en compte même plus les bleus...

VOIR Bélen



Dernière édition par Bitsie Ellington le Lun 13 Nov - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [DC] when you touch me, it's so powerful   Ven 3 Nov - 22:53

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [DC] when you touch me, it's so powerful   Lun 13 Nov - 17:33

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [DC] when you touch me, it's so powerful   Mar 14 Nov - 4:37

Re bienvenue parmi nous

Tout est bon pour moi, je te valide donc
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [DC] when you touch me, it's so powerful   

Revenir en haut Aller en bas
 
[DC] when you touch me, it's so powerful
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Japan Touch Haru
» A TOUCH OF EVIL
» HLM ◮ OH, You Touch my Tralala ... mmh, my Ding Ding Dong
» | CK006 | Du poisson...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RÉVOLUTION :: HORS-JEUX ! :: Boites à Archives :: Présentations archivées & co-
Sauter vers: