AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 soirée à trois. (felipe & gabriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 15/01/2017
☇ Messages : 1222
☇ Pseudo : sweety / nath
☇ Avatar : Michael Fassbender
☇ Crédits : © sophy
☇ Âge : 35 ans
☇ Statut : amoureux mais il a l'horrible sensation que ce sentiment détruit la personne pour lequel il le ressent
☇ Occupation : architecte. il a la chance d'avoir sa propre société, du coup il peut laisser libre cours à sa création parfois démentielle. il a ses bureaux dans le quartier des affaires à Downtown.
☇ Habitation : dans une villa à l'est avec son neveu Staniislas


TOI. Mon ami. Mon confident. Mon premier amant. Toi qui bouleverse mon âme. Mon cœur. Ma chair. Douce présence troublante qui me donne envie de bruler la vie avec ardeur, passion et amour. Toi qui me donne envie de partager une vie à deux. Je t'aime.



TOI. Mon neveu. Le fils que je n'ai jamais eu. Ma fierté. La dose de soleil dans mon cœur. Malgré les tempêtes tu restes unique. Quoi que tu fasses je serais toujours là. Où que tu ailles, tu me trouveras à tes côtés. Je t'aime.



☇ RPs + Liens : Stan & Lip
Erwin
Stan
Felipe

http://www.revolutionrpg.net/t1205-enchaine-a-ses-nuitshttp://www.revolutionrpg.net/t2937-ame-en-perdition-en-attente-de-redemption

MessageSujet: Re: soirée à trois. (felipe & gabriel)   Jeu 19 Oct - 18:44



" Paradoxalement, les signes de protection réactivent le sentiment d’insécurité. Les lois sécuritaires provoquent des transgressions qui vont elles-mêmes justifier de nouvelles règles de sécurité, c’est un cercle vicieux. La vraie protection d’un être est une confiance aussi dans la capacité qu’il aura ou non d’éprouver sa liberté. Vivre, c’est prendre des risques par définition. Un être autonome est moins facile à influencer qu’un être gouverné par la peur. ."

Gabriel est conscient de tous les efforts qu’à fait Stan pour que cette soirée soit une réussite. Du début jusqu’à la fin il a tout préparé avec amour. Et cela fait mal au cœur à Gabriel de rester si froid face à tout ce qui compose son apéritif. Mais la présence de Felipe lui coupe toute envie de manger. De parler même. Il aimerait pouvoir chasser la rage qui se loge au creux de sa poitrine. Rage qui l’empêche de sourire et de prendre plaisir à cet instant de partage. Bien entendu en bon maitre de maison il reste poli face à cet invité qu’il aurait aimé éviter. Il goute aux mets en savourant son cocktail. Stan de son côté fait tout pour rendre l’atmosphère plus sereine. Mais c’est compliqué. Faut dire qu’entre Gabriel et Felipe ce n’est pas l’amour fou et chaque réaction le montre. Ce qui doit rendre Stan malheureux. Et cette situation affecte l’architecte au plus profond de son être. Il a horreur de faire souffrir son neveu. Mais il a beau se dire que cela fait plaisir à Stan, l’épreuve reste difficile et la saveur de cette soirée est des plus amères. Alors qu’elle a à peine commencé. Il est chez lui, c’est le plus âgé et il se sent gêné comme un gamin. Mal à l’aise dans sa propre maison comme si tout lui échappait. Comme lui échappe Stan quand son regard plonge dans celui de Felipe. Une réalité qui brise d’avantage l’architecte. Difficile de ne pas voir ce qu’ils éprouvent. Ou ce qu’ils cachent car Felipe reste discret même si Stan le dévore des yeux. « Me marier moi !! Je crois que je suis mal barré pour ça. » Il sourit ne voulant pas que Stan voit son trouble.  Même si son cœur bat pour son meilleur ami, il est plus que perdu. Et pour le moment il ne voit pas leur avenir s’entremêler pour le meilleur et pour le pire. Il faut d’abord qu’ils avancent pas à pas dans le merdier que le comportement de Gabriel a mis dans leur amitié. Enfin le mariage Gabriel n’y croit pas. Ce ne sera jamais pour lui. Être seul ne lui fait pas peur. Enfin si un peu. Mais là il est plus préoccupé par ce qu’il voit se dessiner sous son nez que par son avenir à deux. Alors il s’éclipse pour aller voir le plat. Une excuse bidon pour surtout aller respirer car il a la sensation d’étouffer face à ces deux êtres que tout oppose et qui sont portant si proche. Trop proche. Gabriel s’appuie sur l’évier. Il a la sensation que le sol se dérobe sous ses pieds. Pourquoi a-t-il dit oui à cette soirée ? Par amour pour Stan. Un amour sans faille qu’il voudrait plus fort pour accepter l’inacceptable. Non Stan ne peut pas aimer Felipe. Il ne l’entend pas arriver dans la cuisine pris dans ses pensées, il sursaute quand la main de son neveu se glisse autour de sa taille. Un peu comme une bouée de sauvetage. Un point d’ancrage. « Oui. » Sa voix le trahit. « C’est juste l’alcool un peu le tournis .. mais cela va passer. » Il ment enfin d’une certaine façon. C’est cette situation qui lui donne le tournis et la nausée. Pas les cocktails préparés par Stan. « Oui cela sent bon et en effet c’est prêt. » Il parle d’une voix calme. Mais dans son être c’est comme une guerre. Une lutte infernale entre le bien et le mal. Il se demande comment il va tolérer l’évolution de cette situation. Comment il va pouvoir l’affronter. La surmonter. Sans mourir un peu plus chaque jour. La main de Stan dans son dos fait naitre un léger sourire sur ses lèvres et une douce chaleur bienfaisante. A-t-il au moins la moindre idée de ce qui déchire son oncle à cet instant ? Ou est-il trop sur son petit nuage pour voir que cet amour le tue ? Gabriel reprend contenance et essaie d’occuper son esprit par d’autres pensées pour finir cette soirée sans trop de dégâts intérieurement. Et sous la voix de Stan, Felipe les rejoint. Gabriel le regarde à peine se demandant si le connard est conscient de tout ce que l’architecte éprouve à cet instant. Vu que Stan n’a pas l’air de se rendre compte combien c’est dur pour Gabriel. « Bon je prends ma place habituelle. Un coup de main Stan ou tu gères. » Il s’installe en bout de table comme il le fait souvent. Enfin quand il y a du monde car quand il est seul c’est plateau repas sur le canapé devant la télévision. Il sert le vin. Et sans attendre en boit quelques gorgées. Il a besoin de se déconnecter de l’horreur qui l’assaille. Et de ce sentiment d’impuissance face à cet amour qui pour lui est pire que l’enfer.
good vibes.


Dernière édition par Gabriel de St Roc le Sam 21 Oct - 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 15/01/2017
☇ Messages : 564
☇ Pseudo : mary
☇ Vos DC : erwin friedrich
☇ Avatar : Harvey Newton-Haydon
☇ Âge : 24 ans
☇ Statut : amoureux de mon meilleur ami, le coeur broyé par l'horreur que je lui ai fais vivre, en quête de rédemption et désireux de réparer mes fautes, d'affronter ce que je suis.
☇ Occupation : actuellement caissier dans un supermarché. J’enchaîne les heures pour m'assurer un train de vie correct, permis par la bienveillance de mon propriétaire, qui me fait un loyer correct. Ce n'est pas tous les jours facile, mais j'essaye de me satisfaire de cette vie qui s'offre à moi.
☇ Habitation : un studio, situé dans le jardin d'un couple bienveillant à mon égard.


"La rédemption, c'est la croyance qu'une transformation par l'amour est toujours possible, et qu'il y a donc quelque chose qui peut être repris, relevé, sauvé."
☇ RPs + Liens :
gabriel (1) - (fini)
stanislas (1) - (fini)
gabriel (2) - (fini)
stanislas (2) - (fini)
stanislas (3) - (fini)
stanislas (4) - (fini)
gabriel (3) & stanislas (5) - (fini)
stanislas (6) - (fini)
gabriel (4) - (fini)
stanislas (7) - (fini)
stanislas (8) - (fini)
stanislas (9) - (fini)
gabriel (5) & stanislas (10) - (en cours)
stanislas (11) - (fini)
stanislas (12) - (en cours)

http://www.revolutionrpg.net/t1206-felipe-suarez-la-beaute-est-soeur-de-la-vanite-et-mere-de-la-luxurehttp://www.revolutionrpg.net/t1212-felipe-suarez-la-beaute-est-soeur-de-la-vanite-et-mere-de-la-luxure

MessageSujet: Re: soirée à trois. (felipe & gabriel)   Sam 21 Oct - 19:29

Comme toujours, je me sens de trop dans vos échanges. Tu essayes de me donner une place, mais je ne me sens pas à l'aise dans cette baraque. Le regard de Gabriel est loin d'être accueillant, mais je ne peux pas lui en tirer rigueur. J'ai déjà de la chance qu'il ne désire pas me mettre son poing dans la gueule, même si l'envie doit lui tarauder les entrailles. Je sens son antipathie profonde, alors je me plonge dans le film que tu lances. Pourtant, Gabriel s'éclipse rapidement pour aller voir ton plat et je te laisse t'échapper à ton tour en venant t'offrir une marque d'affection, qui semble te ravir et me fait également du bien. Je romps indirectement la barrière entre nous, l'espace d'une seconde. Mon sourire répond au tien et je te laisse t'envoler, essayant de ne pas trop angoissé par rapport à ce qu'il se passe en cuisine. Je sens mes mains moites et me dirige vers la baie vitrée pour l'offrir et sortir mon paquet de clope. J'en embrase une, la glisse entre mes lèvres pour juste profiter du jardin et me vider la tête. Je ne suis pas certain que cela a été une bonne idée de venir, mais je peux comprendre que tu désires qu'on passe une soirée tous les trois. J'ai mis des années à accepter que Gabriel était indispensable à ton équilibre. J'ai l'impression que toute cette merde m'a permis d'évoluer, mais je m'en serai bien passé. Il est difficile d'être serein dans de telles conditions, bien que je puisse prendre un nouveau départ et que Gabriel m'aide dans ce sens, en me laissant dormir au cabanon. Je sais que c'est en grosse partie grâce à toi. En fait, tu es la seule raison pour qu'il ait accepté. Je consume ma cigarette avec rapidité, laissant la dose de nicotine s'immiscer dans mes veines pour tenter de trouver un peu de calme, en vain. Tu finis par m'appeler pour que je vous rejoigne. J'étains ma cigarette et dépose le mégot dans un cendrier non loin de là. Je traverse la pièce pour rejoindre la salle à manger. Gabriel prend place et je prends place non loin de lui, puisque la table est disposé dans ce sens. Je ne dis mot, résolument silencieux. Je ne sais pas quoi dire, je n'ai aucune force de le faire. J'ai juste hâte que ce diner se termine, mais je veux faire honneur à tes efforts, alors j'attends patiemment. "Tu veux de l'aide ?" Je te questionne alors que tu ramènes ce qui semble être l'entrée. Je ne sais pas du tout comment je dois me comporter et cette sensation est très inconfortable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 15/01/2017
☇ Messages : 695
☇ Pseudo : demon dance (emeline).
☇ Vos DC : aucun.
☇ Avatar : nicolas simoes.
☇ Crédits : alex. ♥ (ALLES)
☇ Âge : 25 ans. (13/07)
☇ Statut : méfiant mais amoureux, il serait prêt à replonger la tête la première dans ce torrent d'amour qui l'envahit... si seulement son oncle ne le mettait pas en garde sur les facteurs néfastes de cette affection trop puissante.
☇ Occupation : fleuriste, ayant repris ses études en biologie dans le but de devenir enseignant-chercheur en botanique (donc botaniste).
☇ Habitation : chez son oncle Gabriel, dans une villa à l'est.



rps en cours - felipe + gabriel (3) + gabriel (7) + felipe (15)


rps terminés.
felipe (1) + gabriel (1) + felipe (2) + felipe (3) + felipe (4) + felipe + gabriel (1) + felipe (5) + felipe (6) + felipe (7) + gabriel (2) + gabriel (3) + sms + felipe (8) + felipe + gabriel (2) + felipe (9) + gabriel (4) + felipe (10) + gabriel (5) + gabriel (6) + felipe (11) + felipe (12) + felipe (13) + felipe (14)



http://www.revolutionrpg.net/t1199-stan-tu-me-laisseras-comme-ca-comme-un-con-sans-abri-comme-on-laisse-derriere-soi-comme-un-chien-dans-la-nuit#17366http://www.revolutionrpg.net/t1208-stan-tu-me-laisseras-comme-ca-comme-un-con-sans-abri-comme-on-laisse-derriere-soi-comme-un-chien-dans-la-nuit#17441

MessageSujet: Re: soirée à trois. (felipe & gabriel)   Mar 31 Oct - 22:50

Même si les minutes défilent, le malaise s'intensifie sans se dissiper. Il reste accroché à chacune de vos paroles, sans quitter non plus vos regards sombres. Aucune intensité ne vient les illuminer, malgré tous les efforts que je fournis pour vous détendre et vous amuser. J'ai tout accompli pour vous contenter mais aucune alternative - pas même le visionnage du début d'une comédie - ne semble fonctionner. Je ne perds pourtant pas espoir et garde mes espérances bien ancrées en moi, parce qu'une part de moi refuse que vous vous haïssiez durant mon existence entière. Les moments risquent d'être pesants pour moi si je dois me battre entre vous deux. Alors je tâche de vous rapprocher comme je le peux, avec des manières différentes, sans réussir à extirper un élan de convivialité entre vous deux. Il n'existe que cette froideur dans cette pièce, juste réchauffée par cette chaleur humaine. La rancune et les frustrations sont étalées par le silence oppressant que vous nous infligez. J'essaye de le faire taire et de montrer notamment ma joie de vous avoir auprès de moi. Pourtant rien que l'amertume coule à flot entre nos êtres. Je la sens qui étouffe vos âmes, en se mélangeant avec la rage. Vous devez vous supporter pour me contenter, et les efforts semblent être immenses. Votre malaise est évident, vous le manifestez dans chacune de vos réactions. Alors j'en profite pour tenter de vous dérider chacun votre tour, lorsque j'ai l'opportunité d'obtenir un moment personnel avec vous. Je commence pour savourer un baiser de Felipe contre ma tempe, et une légère étreinte, récompensée par un sourire sincère qui explose sur mes lèvres. Et je continue avec mon oncle, réfugié dans la cuisine, pour me coller à son dos et lui transmettre un peu de tendresse. Je tente d'apaiser votre colère. Votre démon qui ronge vos cœurs. « Oui, assis-toi. » Je lui conseille lorsqu'il m'avoue que l'alcool lui donne le tournis. Je croyais que Felipe était le responsable de ses tourments, mais il faut croire que j'ai trop mis de rhum. « Je l'ai bien dosé faut croire. » Je te souris pour instaurer un élan de complicité, avant d'appeler Felipe pour qu'il nous rejoigne à table. Vous me proposez tous les deux votre aide, avec cet air décontenancé sur le visage. Vous ne savez pas où vous mettre, pourtant je ne pourrais pas me sentir mieux qu'avec mes deux hommes près de moi. J'ai de la chance de vous avoir tous les deux réunis. « Non, ça ira, installez-vous. Je gère. » Je vous offre un sourire enjoué, avant de déposer le gros plat de chili con carné sur le dessous-de-plat. J'aperçois aussitôt le verre de vin rouge que s'est servi Gabriel, et je ne tarde pas à l'avertir et lui conseiller, en me rapprochant le plus possible de son oreille : « Ne bois pas trop si tu as le tournis. » J'en profite pour déposer un baiser contre sa tempe, avant de me redresser pour attraper la louche. Je sers d'abord Felipe, l'invité, puis Gabriel, et pars chercher mon assiette de nouilles aux poivrons. Je m'assois ensuite, puis relève la tête vers eux pour leur adresser un regard teinté d'inquiétude. Je détaille surtout les réactions affichées sur leurs visages. « Alors ? » J'espère tellement que Felipe en sera satisfait, que le souvenir de sa mère lui reviendra en tête, en lui laissant un goût de bonheur en bouche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 15/01/2017
☇ Messages : 1222
☇ Pseudo : sweety / nath
☇ Avatar : Michael Fassbender
☇ Crédits : © sophy
☇ Âge : 35 ans
☇ Statut : amoureux mais il a l'horrible sensation que ce sentiment détruit la personne pour lequel il le ressent
☇ Occupation : architecte. il a la chance d'avoir sa propre société, du coup il peut laisser libre cours à sa création parfois démentielle. il a ses bureaux dans le quartier des affaires à Downtown.
☇ Habitation : dans une villa à l'est avec son neveu Staniislas


TOI. Mon ami. Mon confident. Mon premier amant. Toi qui bouleverse mon âme. Mon cœur. Ma chair. Douce présence troublante qui me donne envie de bruler la vie avec ardeur, passion et amour. Toi qui me donne envie de partager une vie à deux. Je t'aime.



TOI. Mon neveu. Le fils que je n'ai jamais eu. Ma fierté. La dose de soleil dans mon cœur. Malgré les tempêtes tu restes unique. Quoi que tu fasses je serais toujours là. Où que tu ailles, tu me trouveras à tes côtés. Je t'aime.



☇ RPs + Liens : Stan & Lip
Erwin
Stan
Felipe

http://www.revolutionrpg.net/t1205-enchaine-a-ses-nuitshttp://www.revolutionrpg.net/t2937-ame-en-perdition-en-attente-de-redemption

MessageSujet: Re: soirée à trois. (felipe & gabriel)   Sam 4 Nov - 17:36



" Paradoxalement, les signes de protection réactivent le sentiment d’insécurité. Les lois sécuritaires provoquent des transgressions qui vont elles-mêmes justifier de nouvelles règles de sécurité, c’est un cercle vicieux. La vraie protection d’un être est une confiance aussi dans la capacité qu’il aura ou non d’éprouver sa liberté. Vivre, c’est prendre des risques par définition. Un être autonome est moins facile à influencer qu’un être gouverné par la peur. ."

Gabriel essaie de tout faire pour contenir la rage qui se loge dans son cœur. Dans son âme. Il ne veut pas décevoir Stan en lui montrant combien ce repas lui pèse. La présence de Felipe est la plus rude des tortures. Il ne peut oublier. Il ne peut effacer. Le mal qui a été fait. Alors là assis dans son canapé. Dans sa propre maison. Il se sent étouffer. Il voudrait résister. Faire croire que tout va bien, ne serait-ce que pour le bonheur de son neveu. Bien plus important que le sien. Mais il a du mal. Il ne supportant plus de voir Stan si proche de Felipe. Leurs regards échangés. Leurs sourires dissimulés.  Éclatent en pleine gueule à Gabriel. Et cela en est trop. Il a besoin de respirer. De s’échapper. Alors il se réfugie dans la cuisine laissant les deux jeunes gens seuls. En ne pensant pas aux gestes qu’ils pourraient les rendre plus complices. Il a juste besoin de calmer la rage qui s’infiltre dans ses veines avec plus de force. Lui qui croyait dominer ses démons. Il est bien loin d’avoir gagné le combat. Et cela l’effraie. Car Felipe est à sa portée en étant dans le cabanon. Il est rapidement rejoint par Stan qui vient l’apaiser en cherchant le contact. Un contact doux qui calme un peu la bête. Mais sans réellement l’endormir. Il invente une excuse bidon alors qu’il crève d’envie de lui dire ce qui réellement l’angoisse et le rend vulnérable. Va-t-il gober l’excuse presque trop grosse ? « Oui surement. » Gabriel répond à son sourire alors qu’ils abordent le plat préparé avec tant d’amour par Stan. Lui il lui aurait donné de la mort aux rats à Felipe. Et puis le jeune homme les rejoint et Gabriel reprend son masque. Il propose son aide comme l’autre connard. Qu’il s’installe et qu’il se taise. Bon sang cette soirée va sembler interminable à l’architecte. Il prend sa place habituelle vu que Stan se débrouille seul. Laissant Felipe choisir la sienne. Rapidement le plat de chili est mis sur la table. L’odeur est appétissante. Mais l’estomac de Gabriel danse le quadrille. Pourvu qu’il ne lui joue pas un mauvais tour. Stan le prendrait mal s’il ne gardait pas son repas. En attendant il se sert un verre de vin, il a besoin de se noyer la tête pour ne plus penser. Mais Stan le remarque. « Je vais faire attention. De toute façon je ne prends pas la voiture après. Et mon lit n’est pas bien loin. » Son neveu dépose un baiser contre sa tempe. Il serait surement plus doux s’ils n’étaient que tous les deux. Felipe gâche l’instant. Stan sert ensuite son ami avant de servir son oncle. Il ne peut s’empêcher de penser qu’il l’a bien éduqué. Puis il file cherche son assiette et les rejoint à table. « Bon appétit à vous deux. » Gabriel regarde en alternance les deux jeunes gens, guettant leur complicité de plus en plus évidente. « Vu l’odeur on va se régaler Stan. » Et puis il goute. De toute façon il vaut mieux qu’il mange. Même si l’envie n’est pas au rendez vous. Il le fait surtout pour Stan. Il ne veut pas le décevoir d’avantage et vu comment a commencé la soirée, il doit se rattraper. Son neveu souffre assez, il n’a pas besoin d’en rajouter. « Pour moi c’est parfait. Pour un plat que tu n’as pas gouté et que tu as surement préparé avec pas mal de difficulté c’est très bon Stan. » Puis il se tourne vers Felipe. « Tu en penses quoi Felipe. ? Toi qui es plus spécialiste que moi dans ce domaine. » Pas de colère dans sa voix, ou de froideur. Il essaie même d’y mettre de la chaleur. Juste pour rendre l’ambiance moins pesante et pour voir Stan sourire. Parce que l’autre il n’a rien à branler qu’il soit heureux. Puis il boit quelques gorgées de son vin et continue à manger tranquillement. Se concentrant sur son plat. Sur le mal que c’est donné Stan pour préparer ce repas. Cette soirée. Gabriel décide d’oublier ses rancœurs, juste quelques heures. Ou du moins en façade. Parce qu’au fond de lui la tempête gronde. Et pour la calmer il va falloir qu’il use et abuse de concentration. Alors il pense à Erwin même si c’est aussi compliqué. Sans perdre de vue les gestes, les regards, les sourires de Stan et de Felipe.  Sachant la bête prête à bondir au moindre faux pas du connard.

good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 15/01/2017
☇ Messages : 564
☇ Pseudo : mary
☇ Vos DC : erwin friedrich
☇ Avatar : Harvey Newton-Haydon
☇ Âge : 24 ans
☇ Statut : amoureux de mon meilleur ami, le coeur broyé par l'horreur que je lui ai fais vivre, en quête de rédemption et désireux de réparer mes fautes, d'affronter ce que je suis.
☇ Occupation : actuellement caissier dans un supermarché. J’enchaîne les heures pour m'assurer un train de vie correct, permis par la bienveillance de mon propriétaire, qui me fait un loyer correct. Ce n'est pas tous les jours facile, mais j'essaye de me satisfaire de cette vie qui s'offre à moi.
☇ Habitation : un studio, situé dans le jardin d'un couple bienveillant à mon égard.


"La rédemption, c'est la croyance qu'une transformation par l'amour est toujours possible, et qu'il y a donc quelque chose qui peut être repris, relevé, sauvé."
☇ RPs + Liens :
gabriel (1) - (fini)
stanislas (1) - (fini)
gabriel (2) - (fini)
stanislas (2) - (fini)
stanislas (3) - (fini)
stanislas (4) - (fini)
gabriel (3) & stanislas (5) - (fini)
stanislas (6) - (fini)
gabriel (4) - (fini)
stanislas (7) - (fini)
stanislas (8) - (fini)
stanislas (9) - (fini)
gabriel (5) & stanislas (10) - (en cours)
stanislas (11) - (fini)
stanislas (12) - (en cours)

http://www.revolutionrpg.net/t1206-felipe-suarez-la-beaute-est-soeur-de-la-vanite-et-mere-de-la-luxurehttp://www.revolutionrpg.net/t1212-felipe-suarez-la-beaute-est-soeur-de-la-vanite-et-mere-de-la-luxure

MessageSujet: Re: soirée à trois. (felipe & gabriel)   Mar 14 Nov - 22:49

Le malaise est profond. Il est évident que Gabriel aimerait me voir à des millions de kilomètres que dans cette pièce. Il est difficile de lui en voulant en toute sincérité, mais son animosité bien que muette accentue grandement ma nervosité. J’essaye de me concentrer sur ta présence pour ne pas laisser mon angoisse exploser au plus profond de mes tripes. Je garde le silence, figé et rigide sur ma chaise. Je te souris quand tu me serres. Chaque contact visuel avec toi, me permet de fuir cette sensation horrible qui menace de me happer à chaque seconde. L’odeur du bon plat que tu nous a préparé titille également mes sens. Cela fait combien de temps que je n’ai pas mangé ce plat, qui me rappelle mes racines ? Je n’ose l’imaginer. Sans doute que tu as déjà dû m’en préparer un, mais le goût singulier et exquis de celui de ma mère est l’image qui me rattache à ce plat. Je ne doute pas qu’il sera bon. Tu es doué en la matière, alors je souris de manière douce face à ce plat, qui me transporterait presque dans mes souvenirs, à cette époque où ma vie roulait malgré les difficultés quotidiennes, lorsque j’étais encore ce garçon fou, prêt à faire les quatre cent coups, mais avec des valeurs et un corps sain. Tout le contraire de ce que j’ai été durant des années, d’autant plus après leur décès. Je ne peux pas m’empêcher d’être troublé en regardant ce plat que je viens gouter du bout de mes lèvres. Je me sens fébrile et laisse cette saveur envahir mon palet. Tu demandes notre avis, mais je reste silencieux. Je ne suis pas certain d’être en mesure de m’exprimer sans laisser une voix brisée par l’émotion se faire connaitre. Alors, j’inspire profondément pour faire tomber l’émotion, sans réellement y parvenir, tandis que Gabriel s’exprime. Il me questionne sur mon avis et je me sens complètement perdu par toutes ces émotions qui me tiraillent le ventre. « C’est délicieux. » Je déclare dans une voix légèrement cassée alors que je viens chercher ton regard. « On pourrait presque croire que c’est celui de mamá. » Je te murmure sans pouvoir réellement cacher ce mélange complexe de bonheur et de douleur. Grâce à mes séances de thérapie, j’ai compris que je n’ai jamais su faire le deuil de leur mort, et que cela a participé activement à ma chute lente et cruelle dans la drogue. « Il manque juste l’élément secret, mais je crains de ne pas pouvoir te le donner. » J’ajoute simplement tandis que mon sourire s’effrite légèrement. Parce qu’à l’époque, je n’écoutais rien et que toutes les affaires de mes parents ont finis brûler ou à la poubelle. Aujourd’hui, il ne me reste plus rien d’eux, si ce n’est des souvenirs, qui bien que beaux, me font cruellement mal. « Mais ta recette est tout aussi bonne. Tu peux être fier de toi. C’est un régal. » Je déclare en venant te sourire avant de plonger de nouveau dans la dégustation du plat que tu as préparé avec amour. Je me concentre sur cela, sans un mot, chassant au maximum cette émotion, qui m’a pris en traitre, mais que j’efface de mon esprit en savourant tes efforts et cet instant, même si je ne me sens pas vraiment à ma place. La soirée se déroule plutôt bien en fin de compte, ce qui laisse imaginer que tout espoir, n’est peut-être pas vain. Qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: soirée à trois. (felipe & gabriel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
soirée à trois. (felipe & gabriel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Tome 3 : Je suis l'enfer; Episode 4 : Un confortable mensonge (Gabriel)
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Les Trois Mousquetaires
» Début de soirée en milieu hostile ...
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RÉVOLUTION :: DANS LES RUES DE VANCOUVER ! :: Quartier Est :: Résidences-
Sauter vers: