AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Un patient pas si inconnu (Damani)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 18/03/2017
☇ Messages : 190
☇ Pseudo : Squirowl.
☇ Vos DC : Absalòn Sàenz ( stefan Tisseyre).
☇ Avatar : Hugh Dancy
☇ Crédits : Lux Aeterna
☇ Âge : 40 ans (1er mars 1977 )
☇ Statut : Célibataire profitant des courbes masculines
☇ Occupation : Urgentiste.




MessageSujet: Un patient pas si inconnu (Damani)   Mer 22 Mar - 18:19

Je venais de prendre mon service il y a à peine une heure et c’est déjà la folie. Il y avait des patients qui attendent de partout dans le couloir. J’étais débordé car nous n’étions pas assez nombreux pour assurer le suivi sans trop faire attendre les futurs patients. Certains attendaient déjà depuis de longues heures, mais on privilégiait les cas les plus graves, ceux dont la vie était en danger. Mais on prenait les autres dès qu’on le pouvait. Je t’avais aperçu attendant dans un coin de la salle d’attente depuis un bon bout de temps maintenant, mis un accident de la route était arrivé et je devais aller renforcer les équipes de médecins pour le jeune homme salement amoché par cet accident. Heureusement les arrivées se calment, me permettant donc de pouvoir te prendre en charge. Je me dirige vers toi avec un léger sourire sur les lèvres. « Monsieur ? »

Tu étais, en tout cas bien plus amoché que quand je te croisais dans les couloirs de mon immeuble où tu rendais, régulièrement, visite à ma voisine. Je me demandais même pourquoi vous n’emménagez pas ensemble, vu que vous vous voyez plutôt très souvent. Tu me suis dans le cagibi qui nous sert de lieu pour ausculter les patients avant de les transférer dans le service approprié ou alors de les laisser ressortir si on peut les soigner nous-mêmes. J’attends que tu t’installes avant de te questionner. « Alors que vous est-il arrivé ? » Je fronce les sourcils en attendant ta réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 19/02/2017
☇ Messages : 354
☇ Pseudo : Sukkie
☇ Vos DC : Tia Eztenaga
☇ Avatar : Kendrick Sampson
☇ Crédits : Bidi
☇ Âge : 30 ans, 16.07.1986
☇ Statut : célibataire, son métier passe avant tout ! Il préfère être libre pour voyager sans contrainte à travers le monde et profiter des corps masculins à volonté ;).
☇ Occupation : Journaliste en free-lance
☇ Habitation : quartier Nord


RP :
Nerea (1) - Zoey-Lynn (1) - Owen(1)
-


http://www.revolutionrpg.net/t1731-damani-belleyhttp://www.revolutionrpg.net/t1767-les-liens-de-damani-journaliste-free-lance

En ligne
MessageSujet: Re: Un patient pas si inconnu (Damani)   Jeu 23 Mar - 15:53

Damani aurait souhaité ne pas venir dans les couloirs de l’hôpital et se soigner tout seul, comme il le faisait généralement après la plupart des manifestations auxquelles il participait. Néanmoins, cette fois-ci, les forces de l’ordre avait été un plus violentes, n’hésitant pas à user de leur matraque pour calmer la foule. Cela n’avait été qu’une simple manifestation pour le soutien d’immigrés, mais la force avait été d’usage et à présent il se retrouvait avec des ecchymoses sur le visage et le long de son bras et une douleur lancinante à l’épaule gauche. Chaque mouvement de bras le faisait souffrir et il craignait d’avoir réussi à se casser quelque chose, ce qui viendrait mettre un terme à ses projets pour les semaines et jours à venir. Damani avait prévu de partir quelques jours pour réaliser un reportage et avec une épaule cassée, il serait obligé de rester sur Vancouver. Autant dire que Damani n’était pas nécessairement de bonne humeur alors qu’il attendait patiemment d’être pris en charge. Avec étonnement et intérêt, il remarqua la présence du discret et mystérieux voisin de Nerea, qu’il avait toujours trouvé particulièrement attirant. Une pensée qui le fit sourire alors qu’il eut la bonne surprise de le voir se diriger vers lui au bout d’un certain temps, ravi d’être pris en charge par cet homme, étant plutôt curieux de connaitre sa personnalité.  Damani lui offrit un sourire alors qu’il se levait, le suivant, ne manquant pas de l’observer avec attention dans sa tenue de travail, qui le mettait en valeur. Sous l’œil avisé de l’homme, il enleva sa casquette et sa veste, se retrouvant alors avec un haut noir à manche longue, grimaçant légèrement à ses mouvements.  Soupirant à la question, il se contenta de répondre : « Rien d’extraordinaire… une manifestation pour défendre les droits des migrants qui a dégénéré. On s’est retrouvés coincés entre les flics et les xénophobes… alors, il a fallu parfois être un peu violent pour ne pas se faire écraser. ». Il fit une légère grimace à la fin de ses mots. « Résultat, je crois que je me suis foulé ou cassé l’épaule gauche… un abruti de flic m’a poussé à un moment et je suis mal tombé.» termina-t-il en lâchant un soupir, observant l’homme,  avant de continuer : « La manifestation devait être pacifique… ». Damani n’aimait pas vraiment user de la violence, mais il n’avait pas pu y échapper, au risque de finir encore plus blessé. «  Si vous me dites que ce n’est rien de grave, vous êtes l'homme de ma journée ! ».

Tenue de Damani
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 18/03/2017
☇ Messages : 190
☇ Pseudo : Squirowl.
☇ Vos DC : Absalòn Sàenz ( stefan Tisseyre).
☇ Avatar : Hugh Dancy
☇ Crédits : Lux Aeterna
☇ Âge : 40 ans (1er mars 1977 )
☇ Statut : Célibataire profitant des courbes masculines
☇ Occupation : Urgentiste.




MessageSujet: Re: Un patient pas si inconnu (Damani)   Mar 28 Mar - 17:56

Je détestais ce genre de journée où j’avais qu’une seule impression celle de courir à droite et à gauche. Tout était bondé, les services étaient surchargés, et nous, simples infirmiers, nous tentons de faire le maximum pour les patients, tâchant de ne pas les faire trop patienter dans le couloir. L’importance de la blessure primait sur l’ordre d’arrivée, mais parfois ce n’était pas si évident qu’on le pense. J’étais déjà épuisé alors que j’avais encore un sacré nombre d’heures à tirer encore. Heureusement j’adorais ce métier. De toute manière je ne vois pas comment il pourrait en être autrement pour parvenir à tenir. Moi en tout cas c’est ce qui m’avait permis de ne pas sombrer dans une dépression grave, parce que je voyais plus grave que mon cas chaque jour. De plus le changement d’hôpital m’avait été plus que bénéfique, et le lien avait été plus facile à couper. Bien sûr tout n’était pas facile, mais je ne pouvais pas vraiment me plaindre. En tout cas je détestais l’apitoiement des autres, alors pour l’éviter, mieux valait éviter de parler de ma propre vie. Le rythme effréné des urgences me permettait de ne penser à rien d’autre qu’à mon travail. Pourtant je t’avais rapidement remarqué, tu semblais bien amoché, je me demandais bien ce qui s’était passé. Je me blâmais silencieusement de ma curiosité déplacée, je ne te connaissais pas. Je te voyais simplement régulièrement dans mon couloir pour aller rendre visite à ma sympathique voisine. Mais on ne s’était pas adressé la parole, sauf pour des banalités. Je ne connaissais même pas ton prénom pour ainsi dire. Je te conduis dans la pièce où je peux t’examiner. Je te laisse te déshabiller ce qui allait me faciliter l’examen. Je t’écoute avec un léger sourire sur les lèvres « Un vrai robin des bois du journalisme, c’est ça ? » Je souris gentiment. « Vous vous en êtes bien sortis, alors malgré ces quelques bleus en règles apparemment ! » Je grimace en me baissant pour examiner attentivement tes ecchymoses, rien de bien grave au premier regard. Tu m’expliques que tu es mal tombé, te blessant à l’épaule. « Je vais regarder cela alors. » Je tente de tâter ton épaule, et tu sembles ne pas trouver très agréable mon examen. « c’est vrai que ça a l’air très pacifiste. » Oui, je suis ironique. Je grimace. « Je crois pas qu’il y ait quelque chose de grave, non, mais vous êtes bon pour une radio pour être certain que ce ne soit qu’une foulure. Ce qui veut quand même dire que tu vas devoir y aller doucement. » Je ne me rends même pas compte que je suis en train de te tutoyer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 19/02/2017
☇ Messages : 354
☇ Pseudo : Sukkie
☇ Vos DC : Tia Eztenaga
☇ Avatar : Kendrick Sampson
☇ Crédits : Bidi
☇ Âge : 30 ans, 16.07.1986
☇ Statut : célibataire, son métier passe avant tout ! Il préfère être libre pour voyager sans contrainte à travers le monde et profiter des corps masculins à volonté ;).
☇ Occupation : Journaliste en free-lance
☇ Habitation : quartier Nord


RP :
Nerea (1) - Zoey-Lynn (1) - Owen(1)
-


http://www.revolutionrpg.net/t1731-damani-belleyhttp://www.revolutionrpg.net/t1767-les-liens-de-damani-journaliste-free-lance

En ligne
MessageSujet: Re: Un patient pas si inconnu (Damani)   Ven 31 Mar - 11:14

Damani avait pour habitude de ne pas aller à l’hôpital, préférant généralement se soigner tout seul lorsqu’une manifestation ne se déroulait pas aussi bien que prévu. Mais, cette fois-ci, il ne pouvait résolument pas y échapper, craignant que son épaule soit cassée, la douleur dans son bras ne s’étant pas calmée depuis sa chute. Damani avait expliqué la situation au voisin de Nerea, pestant nécessairement sur l’un des flics qui l’avait poussé sur le sol, comme s’il pouvait représenter un quelconque danger. Damani détestait lorsque leurs manifestations dégénéraient, étant pour la plupart des militants pacifistes. Ils étaient venus défendre les droits des migrants, rien qui ne méritait tant de colère de la part des xénophobes et des forces de l’ordre.  Les mots de l’urgentiste eurent le mérite de le faire sourire, le qualifiant de Robin des Bois du journalisme. Ce qui n’était pas tout à fait faux, jugeant qu’il s’en était bien sortis « Robin des bois, je ne sais pas… mais, militant oui. Ça fait partie du jeu des manifestations, malheureusement. L’État est bien trop répressif ! ». Les quelques bleus qu’il avait sur son corps n’étaient pas bien méchants, il lui suffisait de les soigner et d’attendre quelques jours pour qu’ils disparaissent.

L’urgentiste s’occupa avec plus d’attention sa blessure à l’épaule, la tâtant pour voir l’ampleur des dégâts. Un contact que Damani n’apprécia pas vraiment, grimaçant, son épaule l’élançant. Avec ironie, il affirmait qu’effectivement, la manifestation était très pacifiste. « Ca aurait dû l’être, la faute toujours aux mêmes… ». Damani ne se sentait pas fautif de son état, il n’avait fait que défendre une cause qui lui était chère.  Selon l’urgentiste, il n’avait rien de grave, mais il préférait passer une radio pour être sûr que cela ne soit qu’une foulure. Ce qui voulait dire qu’il se devait d’y aller doucement. Damani leva les yeux vers l’homme, plissant des yeux : « Y aller doucement ? C’est-à-dire ? Du repos forcé ? Vous savez, je suis journaliste indépendant, alors si je pouvais rester immobilisé le moins de temps possible… ça m’arrangerait. ». Déjà que son compte en banque n’était pas très rempli, devoir s’arrêter une semaine ou deux, rendrait sa situation financière encore plus compliquée. Il ne lui restait plus qu’à passer une radio avec son urgentiste à présent, le suivant alors vers la pièce en question. Suivant ses indications, il venait se rapprocher du scanner, se déshabillant sous son regard pour ne se retrouver qu’en boxer. Un des fantasmes de Damani aurait pu être de se déshabiller plus sensuellement face à lui, mais son état ne le lui permettait pas. « Puisqu’on devient plus intime et que vous êtes mon sauveur, je crois qu’on peut se présenter. On ne s’est échangé que des banalités dans les couloirs de l’immeuble. Je suis Damani Belley, journaliste, même si je crois que Nerea m’a un peu vendu… et vous ? » connaitre l’identité de l’un de ses fantasmes pouvait être toujours intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 18/03/2017
☇ Messages : 190
☇ Pseudo : Squirowl.
☇ Vos DC : Absalòn Sàenz ( stefan Tisseyre).
☇ Avatar : Hugh Dancy
☇ Crédits : Lux Aeterna
☇ Âge : 40 ans (1er mars 1977 )
☇ Statut : Célibataire profitant des courbes masculines
☇ Occupation : Urgentiste.




MessageSujet: Re: Un patient pas si inconnu (Damani)   Jeu 6 Avr - 20:38

Dire qu’on voyait de tout dans un hôpital n’était pas un euphémisme. C’en était parfois effrayant, et surtout royalement agaçant quand cela nous fait perdre du temps pour des patients qui en ont réellement besoin. Mais on n’a pas le choix et on doit prendre en charge chaque individu lambda qui se présente aux urgences, même si c’est pour un simple rhume. J’avais fini par te prendre en charge, avant mon collègue, de toute manière je ne voulais pas que ce soit autrement, tu attisais ma curiosité à chaque fois que l’on se croisait dans le couloir. Je t’écoute attentivement, faisant attention de ne pas trop en dire, car on n’en a pas le droit, même si je trouve que tu as parfaitement raison. Je suis là pour te soigner et pas pour débattre avec toi du rôle des autorités compétentes, parfois un peu trop laxiste à mon goût. J’en avais assez fait les frais bien malgré moi. Donc on ne peut pas dire que je sois franchement sympathique envers les autorités, vu qu’ils ont délibérément laissé mon fils entre les griffes de mon ex-femme sans même réagir. « Malheureusement oui. Ils en font parfois un peu trop. Surtout quand ils ont des envies de zèle. » Je te souris, comprenant parfaitement ce que tu disais.

Si les autres blessures sont pas très graves, juste assez impressionnantes pour un regard non averti, ton épaule est cependant un peu plus inquiétante.je suis malheureusement quelque peu obligé de tâter de manière désagréable pour me faire une idée de l’ampleur de ta blessure. « Mais le mal est fait. » Je souris amicalement. Je décide cependant de te faire passer une radio pour confirmer mon idée que ce n’est qu’une foulure et que rien n’est cassé. Mais malgré tout tu allais devoir ralentir la cadence si tu veux que ton épaule se remette rapidement. Tu sembles soudainement soupçonneux sur mes recommandations. « C’est-à-dire ne pas courir, et se reposer. Je suis certain que votre petite amie en sera ravie de pouvoir vous chouchouter comme bon lui semble. Et surtout ne pas faire de péripéties comme participer à une nouvelle manifestation qui peut mal tourner. » Je te lance un sourire sympathique, je suis persuadé que ma voisine va s’en donner à cœur joie. Je m’éclipse pour voir si la pièce pour passer la radio est libre, et je reviens rapidement te chercher, vu qu’on a de la chance, pour une fois il n’y a pas d’attente. On s’y dirige et je te demande d’enlever ton haut pour faciliter l’examen. Le médecin arrive pour te faire passer la radio, je le salue de loin alors qu’il s’occupe de l’ordinateur. Je retourne mon attention vers toi. Je souris alors que tu te présentes. « C’est un prénom original, ça vient d’où ? » Je hausse un sourcil réellement intéressé par ta réponse. « Je suis Owen, et apparemment Nerea a la langue bien moins pendue quand il s’agit de son voisin. » Je souris, amusé. Je t’aide à t’installer dans le scanner. « Pas trop mal ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 19/02/2017
☇ Messages : 354
☇ Pseudo : Sukkie
☇ Vos DC : Tia Eztenaga
☇ Avatar : Kendrick Sampson
☇ Crédits : Bidi
☇ Âge : 30 ans, 16.07.1986
☇ Statut : célibataire, son métier passe avant tout ! Il préfère être libre pour voyager sans contrainte à travers le monde et profiter des corps masculins à volonté ;).
☇ Occupation : Journaliste en free-lance
☇ Habitation : quartier Nord


RP :
Nerea (1) - Zoey-Lynn (1) - Owen(1)
-


http://www.revolutionrpg.net/t1731-damani-belleyhttp://www.revolutionrpg.net/t1767-les-liens-de-damani-journaliste-free-lance

En ligne
MessageSujet: Re: Un patient pas si inconnu (Damani)   Dim 9 Avr - 16:32

Damani était plutôt ravi de trouver une personne qui partageait sa vision sur la violence que leur imposait l’Etat de manière générale, d’autant plus lorsque des opposants au gouvernements venaient manifester pour défendre des droits. Ce n’était certainement pas la première ni la dernière fois que cela allait se passer, les prochaines fois, mais il essaierait de faire plus attention, même si le danger ne l’avait jamais dérangé. Avoir grandi dans les bas quartiers de la ville l’avait emmené à ne pas avoir peur de trop de choses et encore moins des autorités qui se plaisaient à faire du zèle. Damani se contenta de sourire au voisin de son amie, acquiesçant à ses mots alors que ses doigts venaient se poser son épaule blessée, l’amenant à grimacer malgré lui. La manifestation aurait dû être pacifique, mais malheureusement cette dernière était devenue quelque peu virulente, le laissant avec cette épaule. Le mal était fait, comme l’indiquait son urgentiste, il ne lui restait plus qu’à attendre le verdict et sa radio, espérant effectivement qu’il n’est rien de très grave.  Même si à vrai dire, l’idée de devoir rester tranquille ne lui plaisait pas vraiment, ayant déjà un emploi du temps particulièrement chargé pour ses prochains jours. Il aurait préféré mal comprendre, mais il ne se trompait pas, il devait ne pas courir et se reposer, ce qui voulait dire indirectement d’annuler son prochain voyage. Cette pensée le fit grimacer, alors qu’il le regardait avec surprise. L’urgentiste croyait qu’il avait une petite amie, sans doute faisait-il référence à Nerea. Damani ne put que laisser échapper un rire, amusé de la situation. Il était vrai que les deux jeunes adultes étaient très proches et trainaient souvent ensemble, le raisonnement paraissait logique, même si cela lui paraissait étrange d’imaginer la jeune femme comme sa petite amie, d’autant plus qu’il était homosexuel. « Je crois que vous avez mal interprété ma relation avec Nerea. Je suis gay et à vrai dire c’est ma meilleure amie … même si les Malgré tout, elle se fera un plaisir de me chouchouter et de me gaver ! Même si je risque de vouloir partir le plus rapidement possible sur le terrain … ! »

Damani était résolument amusé de la situation, ce n’était pas la première fois qu’ils avaient pu être pris en couple, ne retenant pas leur geste d’affection quand ils étaient ensemble. Damani suivit alors l’urgentiste dans les couloirs, en direction de la pièce où allait se dérouler le scanner, après qu’il ait effectivement vérifié qu’elle est disponible. Il ne lui fallut que quelques instants pour se déshabiller et alors qu’il se retournait, il se présenta, n’ayant jamais pu le faire réellement dans les couloirs de l’immeuble. Il lui demanda simplement son identité, curieux d’avoir plus d’informations à son propos. « C’est d’origine nigérienne, j’ai hérité du prénom de mon arrière-grand-père paternel. Il a émigré dans les années vingt aux États-Unis avec ses parents ! C’était un homme très courageux qui a toujours été très reconnu par ma famille… alors, c’était en quelque sorte logique de préserver ce prénom, en son hommage .». Un prénom qui n’avait plus beaucoup de signification pour sa famille, lui ayant tourné le dos définitivement lorsqu’il avait quitté Victoria. Un départ qu’il ne regrettait pas, même si au fond de lui, une certaine blessure était toujours présente. Damani préférait songer à autre chose et notamment Owen, cet homme qu’il trouvait tout à fait attirant. « Enchanté Owen ! Nerea doit craindre inconsciemment que je m’intéresse un peu trop à son voisin. J’imagine que vous êtes quelqu’un d’intéressant. J’espère qu’elle ne dit pas trop de mal et qu’elle ne râle pas après moi... !» lâcha-t-il dans un clin d’œil alors qu’il s’installait avrec précaution sur le scanner. Il lui souriait simplement : « J’ai connu pire ! Même si j’espère que vous ne vous êtes pas trompé et qu’il ne s’agit pas d’une fracture… au risque de ne plus être l’homme de ma journée. ». Il ne restait plus qu’à attendre le verdict, à présznt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 18/03/2017
☇ Messages : 190
☇ Pseudo : Squirowl.
☇ Vos DC : Absalòn Sàenz ( stefan Tisseyre).
☇ Avatar : Hugh Dancy
☇ Crédits : Lux Aeterna
☇ Âge : 40 ans (1er mars 1977 )
☇ Statut : Célibataire profitant des courbes masculines
☇ Occupation : Urgentiste.




MessageSujet: Re: Un patient pas si inconnu (Damani)   Jeu 13 Avr - 16:59

Je ne portais pas vraiment les policiers dans mon cœur, surtout depuis qu’ils ne se sont pas bougés pour mon fils, alors que j’avais des raisons tout à fait valables de leur demander leur aide, mais ils n’avaient rien voulu savoir. Alors je n’étais pas franchement pour eux, et je n’ai pas franchement ce que l’on appelle de la compassion pour eux. Et le récit que tu me fais de la manière qu’ils ont gérer cette manifestation ne m’étonne même plus. Et tu semblais quand même être une tête brûlée pour un journaliste. Tu devais aimer te trouver au centre des attentions pour te retrouver ainsi blessé. Mais bon peut-être que j’aurais fais pareil si j’avais été à ta place. Mais j’étais là seulement pour te soigner et pas pour t’encourager à aller battre le pavé au risque et péril de ta vie et de ta santé surtout. Cette épaule me taraudait, j’espérais que ce n’était rien d’autre qu’une simple foulure, d’après mon premier diagnostic, mais il n’y a que la radio qui pourrait le contredire ou l’approuver. De plus je dépassais déjà mes compétences en émettant un jugement. Mais cela m’arrivait souvent, car la première question des patients étant pratiquement toujours ce qui allait se passait ensuite. Et j’étais toujours la première interface. Et parfois mes propos n’étaient pas ceux que les patients attendaient, mais je ne suis pas du genre à camoufler la vérité, même si je prends des gants parfois pour la dire. Mais certains patients ont simplement besoin d’être secoué. Mais j’aborde le fait que votre petit-amie va pouvoir s’occuper de vous dans les prochains jours, ce qui vous fait rire. Je ne comprends pas vraiment au départ pourquoi cela te fait rire. Je hausse un sourcil, perplexe. Je me demande bien ce qui te fait rire. Parce que vous sembliez réellement très proche pour être des amis. Mais tu finis par expliquer ce qui te fait rire. Et je me trouve soudainement bien embarrassé. Cela doit d’ailleurs se voir à mon visage qui rougit suite à ta révélation. Même si le fait que tu sois gay n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. « Oh, je l’ignorais, je suis. Bon je note que ça me fera une allié de taille si elle semble avoir autant d’influence sur vous. Et pour repartir sur le terrain, ce sera dans deux semaines, dans le meilleur des cas. »

Tu semblais bien t’amuser avec ta révélation et surtout avec mon embarras qui était plus que visible. Pourtant la révélation de ton homosexualité me trouble même si je dois garder un statut de professionnel. L’intérêt que je te porte est simplement accentué par cette révélation, mais je ne laisse rien voir alors que je t’emmène pour la radio. On finit par se présenter, alors que l’on se croisait depuis un certain temps, on ne connaissait pas nos prénoms. Le tien était original, et je t’avais demandé des explications, ce que tu t’empressais de faire. Je t’écoute avec une vraie curiosité, enchanté à l’idée d’en apprendre un peu plus sur toi. Ce n’est pas professionnel, mais ce n’est pas comme si je m’étais arrangé pour te soigner. Et au moins, je sais comment tu t’appelles pour la prochaine fois que l’on va se croiser dans les couloirs de mon appartement. « Oh, en tout cas cela a une sacrée histoire. Même si c’est parfois pas très évident à porter, enfin je suppose. » Je souris alors que je t’aide à t’installer pour passer la radio. Je me surprends à laisser trainer mon regard sur ton torse qui est plutôt musclé. Pas du tout désagréable à regarder, je dois bien en convenir. De plus je ne suis pas du tout discret, mais je ne m’en rends même pas compte. Je finis par rire, et prendre conscience que je suis dans mes pensées, quand tu évoques Nerea. « Oh, on ne fait souvent que se croiser, on ne peut pas dire que l’on a des emplois du temps qui soient vraiment compatibles, et quand on a le temps d’échanger, ce ne sont que pour des banalités, même si elle est vraiment sympathique. » Je souris avant de t’installer correctement. « Vous êtes bien installé ? » Je vérifie les derniers détails avant de sourire. « Ce qui serait fort dommage, quand même. » Je me décale au fond de la pièce le temps que le scanner fasse son œuvre. Une fois fini je reviens vers toi pour t’aider à te remettre debout. « on n’a plus qu’à attendre les résultats, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 19/02/2017
☇ Messages : 354
☇ Pseudo : Sukkie
☇ Vos DC : Tia Eztenaga
☇ Avatar : Kendrick Sampson
☇ Crédits : Bidi
☇ Âge : 30 ans, 16.07.1986
☇ Statut : célibataire, son métier passe avant tout ! Il préfère être libre pour voyager sans contrainte à travers le monde et profiter des corps masculins à volonté ;).
☇ Occupation : Journaliste en free-lance
☇ Habitation : quartier Nord


RP :
Nerea (1) - Zoey-Lynn (1) - Owen(1)
-


http://www.revolutionrpg.net/t1731-damani-belleyhttp://www.revolutionrpg.net/t1767-les-liens-de-damani-journaliste-free-lance

En ligne
MessageSujet: Re: Un patient pas si inconnu (Damani)   Sam 15 Avr - 20:21

Damani s’amusait de la situation, se plaisant malgré tout d’entendre Owen croire qu’ils étaient en couple. Sans aucun doute que Nerea s’amuserait de la situation. Ils étaient particulièrement proche et sans doute qu’avec le temps, s’il avait aimé les femmes d’une quelconque manière, ils auraient pu tomber amoureux l’un de l’autre. Mais, Damani préférait largement le corps musclé des hommes et il serait mentir que d’avouer que celui d’Owen ne l’intéressait pas. « Vous ne devez pas être le premier dans ce cas ! Elle s’assurera que je ne pars pas dans une énième situation dangereuse avant que je sois guéris. ». Damani avait prévu de partir rapidement pour réaliser un reportage, alors, il ne comptait pas rester de nombreuses semaines bloquées à Vancouver, même si la compagnie de Nerea était plus qu’appréciable.  Au moins, dans son malheur, il aurait appris à connaitre un peu mieux Owen, ce qui faisait agréablement plaisir, étant particulièrement curieux de le connaitre.

Damani n’aimait pas toujours parler de sa famille depuis qu’il avait dû quitter Victoria, mais il était fier de porter malgré tout le prénom de l’un de ses ancêtres. Un ancêtre qui n’aurait peut-être pas accepté le sort qui lui avait réservé, victime de discrimination par sa famille et son entourage, juste parce qu’il aimait les hommes. Tous les jours, Damani se battait pour défendre les personnes qui était victime de discrimination et sans doute que son arrière-grand-père aurait été fier de lui. Il l’espérait du moins, à défaut du reste de sa famille. Owen trouvait qu’il s’agissait d’une sacrée histoire, supposant que porter ce nom ne devait pas être évident. « Je suis fier de porter son nom en tout cas, j’essaie d’être un digne héritier tous les jours grâce à mon métier, ce que j’espère réussir. Et en ce qui concerne un poids supposé, je ne pense pas vraiment en avoir, j’espère juste qu’il soit fier de moi. . Damani terminait ses mots dans un doux sourire avant de commencer à s’installer pour passer la radio. Le regard qu’il perçut sur son torse le fit d’autant plus sourire, heureux de découvrir qu’il n’était pas si hétéro qu’il le croyait. Il lui faisait de l’effet et cette pensée lui faisait particulièrement plaisir, l’amusant et attisant l’intérêt qu’il lui portait déjà. Damani souriait, amusé, à l’entente du rire d’Owen qu’il trouvait agréable.

Nerea et lui ne faisaient que se croiser, ayant des emplois du temps incompatibles et ils n’échangeaient tous les deux que des banalités, même s’il la trouvait très sympathique. Des mots qui firent sourire alors qu’il ajoutait simplement : « La prochaine fois que je la vois, je lui transmettrai vos compliments ! ». A présent qu’il était installé, il attendit sagement que l’électronique fasse son travail, priant silencieusement pour ne rien avoir de grave. L’examen ne dura que quelques minutes avant qu’Owen ne vienne le rejoindre pour l’aider à se relever. Damani ne craignait pas exactement le résultat final, mais rester bloqué plus de quinze jours poserait problème. « Il faut attendre une petite heure j’imagine avant de les avoir ? ». La dernière fois qu’il avait dû passer une radio, cela avait été le cas au moins. Il regrettait malgré tout de devoir voir son urgentiste disparaitre rapidement, même s’il devait lui procurer encore les premiers soins pour couvrir ses bleus.  « Vous pouvez faire quelque chose pour mes bleus ? Je ne voudrais pas trop effrayer Nerea lorsque je la verrais demain ! ». Damani sourit doucement à ses mots, alors qu’il passait sa main sur son visage. Damani ne pensait pas vraiment à se rhabiller, d’autant plus qu’il avait quelques ecchymoses sur son bras. Et à vrai dire, avoir le regard intéressé d’Owen sur son corps était tout à fait agréable. Le métisse était tout aussi intéressé d’avoir Owen encore plus près de lui pour soigner ses blessures. Finalement, il avait bien fait de participer à cette manifestation !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 18/03/2017
☇ Messages : 190
☇ Pseudo : Squirowl.
☇ Vos DC : Absalòn Sàenz ( stefan Tisseyre).
☇ Avatar : Hugh Dancy
☇ Crédits : Lux Aeterna
☇ Âge : 40 ans (1er mars 1977 )
☇ Statut : Célibataire profitant des courbes masculines
☇ Occupation : Urgentiste.




MessageSujet: Re: Un patient pas si inconnu (Damani)   Jeu 20 Avr - 11:46

Je me sentais vraiment gêné d’avoir cru une telle chose. Je peux même dire que je me sentais ridicule, et ça semblait beaucoup t’amuser. Ce qui allège l’ambiance quand même, et surtout atténue l’énormité de ma bourde, mais n’empêche qu’on allait probablement en reparler plus tard en rigolant. En tout cas j’avais pratiquement aucun doute que tu allais te moquer de moi avec ma chère voisine. En tout cas j’ai une alliée de taille concernant ton repos pour ta guérison. « Alors je tâcherais qu’elle comprenne l’importance de votre repos dans les prochains jours » Je souris, amusé de la situation. Mais je prenais tout mon temps pour te soigner, pas très enclin à te laisser partir trop rapidement. Mais j’allais devoir soigner quelqu’un d’autre ensuite, malheureusement.

Je sentais une certaine distance quand tu évoques ta famille. Mais je ne te connaissais pas assez pour réagir plus vivement sur ce sujet. Mais je garde le sujet dans un coin de ma tête pour l’aborder une prochaine fois. Parce que j’avais bien envoie de te revoir en dehors de l’hôpital cette fois-là. Mais je ne peux que sourire à la suite de tes révélations. Ton discours est réellement touchant. « Alors c’est déjà énorme, je dirais, d’être fier de porter un tel prénom. » Je souris, je n’avais pas cette chance, mes parents n’avaient pas piochés dans les ancêtres, mais il n’empêche que j’aimais également mon prénom, mais il n’avait pas la même importance. Parler ensemble était vraiment agréable, en plus de rendre le moment plus léger également. Le soin n’est jamais quelque chose de foncièrement agréable. Et, en t’installant pour la radio, je ne peux pas empêcher mon regard de dévier quelque peu, de manquer de professionnalisme en te matant un peu trop. Je m’écarte de mon statut de professionnel en faisant cela, mais je n’en ressens même pas une once de culpabilité, bien au contraire.

Je n’avais jamais réellement parler plus de cinq minutes avec ma voisine, même si, comme je le disais, elle semblait sympathique. En tout cas c’est ce que son visage avenant disait. Tu promets de transmettre mes compliments, ce qui me fait légèrement rougir. « Je ne sais pas si ça l’intéresserait vraiment. » Je souris, parce que je pense qu’elle ne doit pas avoir beaucoup d’intérêt. L’examen se passe plutôt bien et rapidement. Je t’aide à te relever, et à sortir de cette pièce encombrée de machines. Je nous dirige vers la cafétéria, enfin surtout toi car je devrais retourner bosser et prendre en charge un nouveau patient et reprendre le même schéma. « Oui, peut-être un peu moins, ça dépend s’il doit faire une radio encore ou non. » J’espérais que tu n’attendrais pas trop longtemps. On finit par bifurquer de nouveau dans mon cabinet car tu souhaites que je regarde tes bleus. « Je peux te donner de l’arnica en homéopathie et t’en mettre en crème si tu veux. Y a rien de mieux que les remèdes de grand-mère, comme on dit. » Je souris en attendant ta réponse. Tu t’installes et je te jette de nouveau un regard un peu plus appuyé. Tu étais vraiment très agréable à regarder, et pas seulement en coups de vents comme lorsque l’on se croise dans les couloirs menant à mon appartement. Je prépare la crème pour te l’appliquer, fébrile quand à l’idée de toucher ton corps. J’avais déjà croisé des gars plutôt très mignons, mais aucun qui m’avait déjà fait ce genre d’effet. Je ne sais pas si c’est mieux que tu refuses ou que tu acceptes, certain qu’une fois que je t’aurais touché je voudrais y revenir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
☇ Inscription : 19/02/2017
☇ Messages : 354
☇ Pseudo : Sukkie
☇ Vos DC : Tia Eztenaga
☇ Avatar : Kendrick Sampson
☇ Crédits : Bidi
☇ Âge : 30 ans, 16.07.1986
☇ Statut : célibataire, son métier passe avant tout ! Il préfère être libre pour voyager sans contrainte à travers le monde et profiter des corps masculins à volonté ;).
☇ Occupation : Journaliste en free-lance
☇ Habitation : quartier Nord


RP :
Nerea (1) - Zoey-Lynn (1) - Owen(1)
-


http://www.revolutionrpg.net/t1731-damani-belleyhttp://www.revolutionrpg.net/t1767-les-liens-de-damani-journaliste-free-lance

En ligne
MessageSujet: Re: Un patient pas si inconnu (Damani)   Ven 21 Avr - 16:49

Damani ne regrettait certainement pas d’avoir assisté à cette manifestation, même si son épaule ne le remerciait pas à l’heure actuelle. Il avait défendu les droits des migrants et il aurait souhaité participer à la prochaine, mais en raison de son état, il devrait faire une petite pause dans son militantisme, même s’il ne lâcherait pas son ordinateur. Néanmoins, l’une de ses plus grandes fiertés était d’avoir pu approcher et apprendre à connaitre un peu Owen, au-delà des couloirs de l’immeuble de Nerea. Cet homme l’intriguait, son côté mystérieux l’attirait et il comptait profiter de l’occasion pour apprendre à le connaitre. D’autant plus qu’en vue des regards qu’il lui lançait, ce dernier n’était résolument pas hétérosexuel et semblait appréciait la vue qu’il lui offrait, son torse dénudé. Damani trouvait Owen très charmant, d’autant plus lorsqu’il le vit légèrement rougir lorsqu’il lui énonçait qu’il transmettrait ces compliments, il doutait de l’intérêt qu’elle pouvait lui apportait, mais Damani était persuadé que cela lui ferait agréablement plaisir. A présent, ils se dirigeaient vers la salle d’examen et Owen lui affirmait qu’effectivement il devrait attendre avant d’avoir sa radio, un peu moins d’une heure peut-être.  Le temps qu’il pût passer en sa compagnie lui paraissait très court, mais il ne pouvait pas y échapper, devant reprendre son rôle d’urgentiste dans la foulée. Il y avait des cas bien plus grave que lui dans les couloirs de l’hôpital.

Owen lui proposait de lui donner de l’arnica en homéopathie et de lui mettre en crème, il n’y avait rien de mieux que les remèdes de grand-mère, disait-il en souriant. Des mots qui le firent sourire alors qu’il ajoutait : « Ca me semble parfait ! Je préfère les traitements des anciens aussi, c’est en quelque sorte plus naturel. ». D’autant plus si cet homme séduisant devait poser ses mains sur son corps pour effectuer des massages en apposant sa crème. A défaut de pouvoir partager un moment de luxure à ses côtés, sentir ses mains serait très plaisant. Néanmoins, il ne perdait pas espoir de le conquérir pour devenir son amant, ses gestes trahissaient l’intérêt qu’il lui portait.  Une fois que ce dernier l’avait appliqué sur ses mains, il se rapprocha vers lui pour apposer la crème sur les bleus. Une sensation quelque peu étrange, dans la mesure où il souffrait légèrement au contact de ses mains qui appuyait sur ses bleus et en même temps le rendait à la fois trouble. Le contact de ses doigts était particulièrement agréable, éveillant un doux fantasme, même s’il essayait de garder son calme et de ne pas nécessairement le montrer. Tant qu’à séduire cet homme, il se devait de la faire avec technicité. Damani ne refuserait certainement pas de passer une nuit en sa compagnie, d’autant plus en pouvant l’observer de plus près, le trouvant toujours plus séduisant. Néanmoins, il ne put s’empêcher de laisser échapper une légère plainte lorsqu’il toucha un point sensible. Les forces de l’ordres n’avaient pas fait semblant en le frappant, il n’était pas douillé, mais ce point-là était douloureux. « Je crois qu’ils ne m’ont pas raté… » dit-il simplement, alors qu’il tourna la tête pour observer le visage d’Owen.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un patient pas si inconnu (Damani)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un patient pas si inconnu (Damani)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le premier patient de l'infirmière Akari... survivra-t-il? [PV Crow]
» « Un gentleman est un loup patient. » || PV. Emi & André
» La patiente est une vertu
» Enfin un clien.. hum... un patient (pv Ys')
» Greffe de cerveau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RÉVOLUTION :: DANS LES RUES DE VANCOUVER ! :: Quartier Ouest :: Hôpital-
Sauter vers: